L’arrivée du chocolat made in Gabon

Emploi

L’arrivée du chocolat made in Gabon

L’exposition de Milan en Italie, organisée fin juillet dernier aura porté ses fruits : la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) et la compagnie italienne Eurochocolate ont signé, le 20 octobre à Pérouse, un contrat pour le développement d’une chaîne d’approvisionnement du cacao.

 

La Caistab, une institution publique vient de nouer un partenariat avec Eurochocolate, entité à l’origine du festival du chocolat qui se tient à Milan chaque année durant le mois d’octobre. Au cours de la grande exposition mondiale annuelle tenue en Italie, le Gabon avait pu faire valoir son potentiel économique et les opportunités d’affaires dans ce domaine de gourmets. Ce partenariat permettra à la Caistab de bénéficier d’un savoir-faire et d’une expertise hautement qualifiée, ainsi que des formations, d’un réseau de contacts institutionnels et de réseaux d’affaires à l’échelle de la planète pour la promotion de ces projets.

 

Aux dires du directeur général de la compagnie italienne, Bruno Fringuelli, le choix du Gabon n’est pas fortuit. “C’est un pays stable, donc propice aux affaires. L’objectif de cet accord n’est pas seulement de permettre au cacao gabonais de trouver davantage de marchés à l’international, m ais, d’aider, dans un premier temps, à la formation des petits transformateurs locaux avec, en ligne de mire, la création d’une usine de transformation du cacao gabonais.” Madame Julie NYANGUI, chocolatière-planteur de cacao local, avait lancé la tendance en ouvrant ouvert à Libreville la première chocolaterie 100% gabonaise plus tôt dans l’année.

 

Cette initiative a visiblement su charmer ses concitoyens comme les professionnels internationaux, et désormais, la confection et création artisanale de chocolat de haute qualité va devenir une activité à grande échelle au Gabon. Léon Paul Ngoulakia, directeur général de la Caistab, voit en cette possibilité de création d’usine de production de chocolat, un moyen pour le Gabon de lutter contre le chômage grâce aux emplois qui seront créés et d’augmenter la richesse économique du pays : “Les planteurs auront plus de revenus et nous allons contribuer au développement du tourisme car, l’industrie du chocolat rime avec tourisme. Nous avons un plan majeur pour redynamiser la filière. Et croyez-moi, nous ferons tout pour y arriver.”

 

Membre de l’Alliance des pays producteurs de cacao (Copal), le Gabon produit actuellement 500 tonnes de cacao par an, principalement la variété Forastero. La culture, qui implique 8000 producteurs, concerne une superficie de 4000 hectares. Le plan stratégique de revitalisation de la Caistab prévoit que d’ici 2025, la superficie cultivée soit augmentée à 10000 hectares et la production plafonnée à 3000 tonnes.

Rédactrice pour diverses publications politiques, Romane Bousso est une citoyenne engagée. Convaincue du potentiel de son pays d’origine, le Gabon, sur la scène internationale, elle milite pour un développement économique et durable rapide mais concerté de ce dernier.

0 Comments

Donner son avis