Gabon-Italie : un partenariat avec du goût

Economie

Gabon-Italie : un partenariat avec du goût

Suite à la signature d’accord entre la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) et Eurochocolate, une compagnie italienne réputée, le développement et l’approvisionnement du Gabon en cacao sont assurés.

Le partenariat a été officialisé le 20 octobre à Pérouse, la capitale de la province italienne de l’Ombrie qui accueille un festival international de chocolat. C’est la compagnie Eurochocolate qui est à l’origine de cet événement international, lancé en 1993. Chaque année, les meilleurs chocolatiers, artisans et producteurs de chocolat du monde entier s’y ressemblent pour présenter leurs produits et innovations. Parmi eux, les producteurs africains sont aussi présents : les ateliers d’information sur la culture et la transformation du cacao sont animés.

C’est cette expertise dans le markéting, l’organisation d’ateliers thématiques et les bonnes pratiques agricoles que désormais Eurochocolate va partager avec la Caistab. Cela permettra à la Caisse gabonaise de renforcer ses stratégies de commercialisation du cacao au Gabon et en Europe. En plus, il est prévu que ce partenariat axé sur la promotion de la transformation et la consommation locales avec un focus sur le volet de formation, permettra de créer une usine de production de chocolat au Gabon.

La Caistab, établissement public placé sous tutelle du Ministère en Charge de l’Economie, est un acteur principal dans la production du cacao au Gabon. Cette organisation finance des actions en faveur des productions cacaoyères et assure la commercialisation du cacao et du café gabonais. Mis à l’écart par le pétrole et les minéraux, sources principales de l’économie depuis les années 1970, la filière de café-cacao a été officiellement relancée par le Gouvernement gabonais en 2010 avec le plan qui prévoyait l’augmentation de la production de café et de cacao. De plus, le pays a tous les atouts pour une culture efficace du cacaoyer : son environnement écologique est très favorable pour la culture du cacao au niveau de pluviométrie, hygrométrie et répartition de saisons sèches et de pluie.

Aujourd’hui le Gabon produit 500 tonnes de cacao par an et fait partie de l’Alliance des pays producteurs. Selon le plan de revitalisation de la Caistab, la superficie cultivée sera augmentée à 10 000 hectares pour une production de 3 000 tonnes.

Ainsi, la signature de l’accord s’inscrit bien dans cette perspective de développement et affirme le potentiel du secteur de cacao du Gabon. Selon Eugenio Guarducci, président directeur général de Eurochocolate, « l’objectif  de cet accord,  n’est pas seulement de permettre au cacao gabonais de trouver davantage  de marchés à l’international mais d’aider dans un premier temps, à la formation des petits transformateurs locaux avec en ligne de mire, la création d’une usine de transformation du cacao gabonais ».

L’accord est d’autant plus bénéfique, que l’ouverture de l’usine prévue dans le cadre de cet accord, permettra de créer des emplois, mais aussi de contribuer au développement du tourisme, affirme Léon Paul Ngoulakia, dirigeant de la Caistab.

Journaliste reporter d'images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l'actualité à l'écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd'hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis