Ali Bongo soigne ses relations avec l’Inde

Actualités

Ali Bongo soigne ses relations avec l’Inde

Le président gabonais Ali Bongo a rencontré le Premier ministre indien à l’occasion du troisième sommet Inde-Afrique qui s’est tenu du 26 au 29 octobre à New Delhi. Ce forum constitue la plus grande rencontre des chefs d’Etats africains à l’extérieur de l’Afrique depuis 1983 en rassemblant 40 Présidents et Premiers ministres et plus de 1 000 délégués. Les discussions se sont articulées autour des investissements, du commerce, de la sécurité alimentaire, de la santé publique, ainsi que de la sécurité marine, de la formation des employés et de la lutte contre le terrorisme.

 

Et c’est la lutte contre le terrorisme qui a été évoquée par Ali Bongo lors de sa rencontre en tête-à-tête avec Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde. Les crimes transnationaux et la nécessité de coopérer pour y faire face ont également été traités. Avant cette rencontre Ali Bongo, qui est également le Président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), a échangé avec des acteurs majeurs de l’économie indienne pour explorer les pistes de coopération et les inviter à s’initier à la démarche gabonaise de construction de synergies entre les secteurs privés. Parmi les interlocuteurs on note la présence de Onkar Singh Kanwar, le père du groupe international Apollo Tyres et président du Conseil indien des affaires pour les grands émergents BRICS. Cette entreprise indienne, fondée en 1976, se spécialise dans la fabrication de pneumatiques et se classe aujourd’hui au 16ᵉ rang des groupes pneumaticiens au niveau mondial.

 

Narendra Modi, qui lors de l’inauguration du sommet a salué ses initiatives des pays africains lesquelles « remplacent les anciennes pratiques fautives par de nouveaux ponts de réformes et par intégration économique », a confirmé que l’Afrique est une destination majeure des investissements indiens. Selon le Premier ministre indien, les échanges commerciaux africano-indiens en une décennie ont dépassé 70 milliards de dollars.

 

Dans ces échanges le Gabon occupe une place importante, disposant d’importantes réserves de pétrole, de minéraux ainsi que d’autres ressources naturelles. Le pays est le deuxième producteur mondial de manganèse, d’où un potentiel important pour la coopération bilatérale. L’Inde exporte principalement au Gabon de la viande et des produits pharmaceutiques, du coton, du fer et de l’acier. Les importations en provenance Gabon se composent de bois et de produits en bois, de minéraux et de scories.

 

Déjà en 2007, les deux pays ont renforcé leur coopération quand Ali Bongo s’est rendu en Inde pour rencontrer Raksha Mantri (ministre indien de la Défense) et visiter des centres de formation de la Défense et des sites de production industrielle.

 

Le gouvernement indien a ouvert une ligne de crédit de 14,5 millions de dollars en mars 2007 afin de lancer un an plus tard un projet immobilier à Bikele, près de Libreville. Ce projet consistait à construire 300 maisons. Une autre ligne de crédit d’une valeur de 67,19 millions de dollars a été octroyée au Gabon pour réhabiliter et moderniser les installations de radiodiffusion du pays. Suite à ce dossier, un nouveau cadre pour les lignes de crédits d’investissement figurait parmi les sujets abordés par Ali Bongo au centre de conférences Indira Gandhi lors du sommet.

 

Le partenariat entre les gouvernements gabonais et indien concerne, en outre, le domaine de l’éducation. Ainsi, dans le cadre du programme de renforcement des capacités « Indian Technical and Economic Cooperation » les étudiants gabonais bénéficient de bourses d’études et de formations. On note également que le Gabon a mis en œuvre, aussi bien que d’autres 15 pays d’Afrique, le projet du Pan e-réseau africain. Il s’agit de mettre en place le télé-enseignement, la télé-médecine et la connectivité VVIP à Libreville. De même, le Centre de formation professionnelle sera mis en place au Gabon, dans le cadre du Plan d’action convenu avec l’Union africaine à la suite du premier Sommet Afrique-Inde qui s’est tenu à New Delhi en avril 2008.

 

En ce qui concerne les investissements, c’est l’entreprise Oil India Ltd, qui se trouve parmi les premiers investisseurs indiens au Gabon en y menant des travaux d’exploration pétrolière. En juillet 2013, 41 millions de barils de pétrole ont été découverts par la compagnie. A son tour, Bharti Airtel, multinationale indienne de télécommunications présente dans 20 pays d’Asie et d’Afrique, a acquis Zain Communications Network, opérateur mobile gabonais, en 2010. Le sommet Afrique-Inde fut l’occasion pour Ali Bongo d’échanger avec le patron du groupe et d’évoquer le fait que les clients gabonais, dont des particuliers et des entreprises, attendent avec impatience l’arrivée de 4G dans le pays.

Journaliste reporter d'images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l'actualité à l'écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd'hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis