Révision des listes électorales au Gabon

Actualités

Révision des listes électorales au Gabon

Le gouvernement gabonais a annoncé mercredi que l’opération de mise à jour de la liste électorale pour garantir une plus grande transparence lors de la prochaine élection présidentielle aura lieu du 30 octobre au 13 décembre prochain dans tout le pays. Le ministre de l’Intérieur, Pacôme Moubelet-Boubeya a, dans une déclaration officielle, invité jeudi les gabonais à s’inscrire sur la liste électorale “dans le calme et la discipline.”

 

Avis à la jeune génération : les nouveaux votants auront du 30 octobre au 13 décembre pour s’inscrire sur les registres électoraux afin de participer aux élections présidentielles de 2016. Les citoyens amenés à voter doivent au préalable remplir plusieurs conditions : il faut être de nationalité gabonaise, être né dans la circonscription électorale ou bien, avoir un domicile ou une résidence notoirement connue depuis 12 mois au moins dans la circonscription électorale. Comme critères également, le potentiel inscrit doit avoir des intérêts économiques notoirement connus ou des intérêts familiaux régulièrement entrepris dans la circonscription électorale.

 

Pour s’inscrire sur les listes électorales, les citoyens gabonais devront présenter un des documents d’Etat civil à savoir : la Carte nationale d’identité (CNI), le passeport ordinaire biométrique en cours de validité ou l’acte de naissance pour ceux qui habitent dans les coins les plus reculés du pays. Le recensement qui démarre ce vendredi concerne l’ensemble du territoire national. Il verra également la participation des représentants de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP) conformément aux dispositions des articles 8 et 14 du code électoral. Sont concernés également par cette opération selon le communiqué du gouvernement, les citoyens qui « changent de lieu de résidence du fait d’une affectation ou mutation.

 

Le Mouvement populaire des radicaux (opposition) a organisé une intervention à Port-Gentil autour de cette lise à jour. Delphin Mboumba Moussounda, secrétaire général de l’association, a déclaré : “[cette opération] permet principalement d’inscrire ceux qui ont 18 ans et de radier ceux qui sont décédés.” Relevant que l’annonce de cette révision par le ministre de l’Intérieur a fait apparaître des divergences au sein de l’opposition gabonaise, il a fustigé l’attitude de “ceux qui appellent au boycott”. “Pour voter nous devons être inscrits sur les listes électorales. Cela nous confère le droit de choisir nos dirigeants de manière libre et démocratique.”

 

De son côté, Pacôme Moubelet-Boubeya a appelé au calme : “Ceux des partis politiques ou groupements qui croient en notre démocratie et au renforcement des conditions de la transparence électorale et de la sincérité des scrutins ont, conformément aux dispositions légales communiqués les noms de leurs représentants.”

 

Rédactrice pour diverses publications politiques, Romane Bousso est une citoyenne engagée. Convaincue du potentiel de son pays d'origine, le Gabon, sur la scène internationale, elle milite pour un développement économique et durable rapide mais concerté de ce dernier.

0 Comments

Donner son avis