Immolation d’un commerçant : déjà les premières sanctions

Actualités

Immolation d’un commerçant : déjà les premières sanctions

Le jeune commerçant gabonais qui avait tenté dimanche de s’immoler par le feu à la préfecture de police de Libreville après s’être fait confisquer sa marchandise, est décédé vendredi de ses blessures. Il protestait par ce geste contre la corruption de certaines branches de la polie gabonaise. Son geste a donné lieu à l’ouverture d’une enquête en profondeur du système.

 

Bérenger Obame Ntoutoume, 28 ans, s’était rendu dimanche à la préfecture de police afin de protester contre la saisie de ses ballots de fripes par des policiers dans le quartier commerçant de l’ancienne gare routière. Face au refus de ces policiers de lui restituer sa marchandise, il avait entrepris de s’immoler. Il est décédé des suites de ses blessures cinq jours plus tard, dans l’hôpital militaire où il avait été admis.

 

Le ministre gabonais de l’Intérieur, Pacôme Moubelet Boubeya a exprimé dimanche dans une émission à Radio Gabon, sa profonde tristesse en apprenant les conséquences tragiques de cette affaire. L’affaire a profondément choquée indignée les gabonais. Son décès n’a cependant pas provoqué des troubles. Une enquête a néanmoins été immédiatement ouverte pour faire la lumière sur les abus policiers qui ont poussé ce jeune homme au suicide.

 

Dans les suites de cette action d’état contre la corruption policière, le Directeur de la sécurité publique, le commandant Moukaga, a été arrêté pour être interrogé. Le policier aurait été suspendu de solde en attendant l’aboutissement des enquêtes ouvertes suite à une autre affaire. Le 17 octobre dernier, des commerçantes fâchées d’être déguerpis par la police se sont dénudées pour manifester leur ras-le-bol. Des policiers les ont menottées, conduit dans un commissariat où un des policiers les a filmées nues avant de poster la vidéo sur Facebook.

 

Il ne serait pas le seul à faire l’objet de poursuites pour la légèreté et le cynisme dont ont fait preuve les policiers lors de l’interpellation de ces mères de famille. Les deux agents qui ont interpellé les commerçantes et la policière soupçonnée d’avoir réalisé la vidéo dans la cour du commissariat central de Libreville ont également été arrêtées. Dimanche soir, le ministre de l’Intérieur, Pacôme Moubelet Boubeya a annoncé que des policiers ont été sanctionnés à titre conservatoire dans l’affaire des commerçantes nues. Il a aussi indiqué que plus d’une centaine de jeunes recrues en cours de formation ont été radiés pour moralité douteuse.

 

Pourquoi le Gabon ? Pourquoi écrire sur ce pays ? On s'en fera une petite idée en apprenant que Céline Meriault y a vécu une partie de son enfance, et en a conservé d'excellents souvenirs. Aujourd'hui journaliste, il lui semble important de mettre un coup de projecteur sur ce pays dont on parle trop peu, bien qu'il soit sur bien des points l'un des plus avancés d'Afrique : développement durable, tourisme, entrepreneuriat, etc.

0 Comments

Donner son avis