Le Gabon très investi dans les préparatifs pour la COP 21

Actualités

Le Gabon très investi dans les préparatifs pour la COP 21

A dix jours du lancement de la conférence Onusienne sur les changement climatiques, organisée à Paris, la Gabon s’est singularisé par sa motivation. Non content d’être un des premiers pays africains à avoir rendu sa feuille de route, il a multiplié les rencontres préliminaires à la conférence, afin de chercher des soutiens économiques, et implémenter un travail transversal, à la fois régional et mondial.

 

A l’occasion d’une conférence de presse commune placée sous le thème « L’Afrique s’engage », le chef de l’Etat ; Ali Bongo Ondimba, a rappelé le lien fondamental entre les problèmes du climat et la question de l’énergie en Afrique : « C’est un double défi. Nous devons être capable de produire de l’énergie propre et accessible à tous ». A moins de trois semaines de la conférence mondiale, Ali Bongo Ondimba, a salué l’initiative de la France, confirmer la mobilisation du continent et annoncer que « l’Afrique serait au rendez-vous et parlerait d’une seule voix ».

 

Pour un bon déroulement de la 21e conférence des parties (COP21) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques qui se tient à Paris en France du 30 novembre au 15 décembre 2015, le Gabon a très tôt présenté aux Nations Unies ses solutions pour lutter contre les changements climatiques. L’objectif étant d’avoir une visibilité globale en avance afin de favoiser les alliances et les ajustements afin de parvenir à la signature d’un accord contraignant historique pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et limiter la hausse des températures.

 

Pour éviter donc de reproduire l’échec de Copenhague en 2009, le Gabon a présenté depuis le 01er avril 2015 à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) sa contribution nationale. Cette contribution fixe notamment un objectif de limitation des émissions de gaz à effet de serre pour 2025 par rapport à leur niveau de 2010. Le Gabon s’engage ainsi à réduire d’au moins 50% ses émissions par rapport à l’évolution prévue en cas de politique inchangée. Une orientation saluée par Laurent Fabius et Annick Girardin, le 1er avril dernier.

 

« Nous saluons le fait que cette contribution prévoit la possibilité de définir d’ici à la COP21 des objectifs additionnels pour 2030, voire 2050. Cette perspective de long terme est importante pour que la Conférence de Paris amorce une transition vers une économie mondiale sobre en carbone et plus résistante aux impacts du dérèglement climatique. »

Journaliste reporter d'images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l'actualité à l'écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd'hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis