Le Gabon s’est joint au cœur de soutien à Paris après les meurtriers attentats du 13 Novembre

Actualités

Le Gabon s’est joint au cœur de soutien à Paris après les meurtriers attentats du 13 Novembre

A l’Institut français de Libreville, la Marseillaise, hymne national français, a été entonnée ce vendredi 20 novembre au soir. Un public de Français et Gabonais est venu écouter un récital de la cantatrice gabonaise, Adriana Bignagni Lesca. En organisant cet évènement, le Gabon souhaitait se joindre aux commisérations mondiales après l’attaque terroriste qui a secoué la capitale française vendredi 13 Novembre au soir.

 

Après la triple attaque à Paris il y a dix jours, un peu partout dans le monde, des appels à la solidarité se sont fait entendre. Et pour cause : il s’agit des attaques les plus violentes contre la France dans l’histoire du pays, avec 130 morts et près de 350 blessés, et un élément aléatoire et systématique qui a choqué une grande partie de la communauté internationale. Le Gabon n’a pas démérité, et s’est joint aux messages de solidarité à son allié et ami. A 7 000 km de Paris, français et gabonais, côte à côte, ont rendu hommage aux victimes des attentats du 13 novembre dans une cérémonie organisée à l’Institut français de Libreville.

 

« Nous avons été très touchés par le geste de la cantatrice qui a décidé de dédier son concert de ce soir aux victimes des attentats de Paris et à toutes les victimes des attentats dans le monde », a déclaré l’ambassadeur de France au Gabon, Dominique Renaux. Le récital de la cantatrice classique Adriana Bignagni Lesca, se livrant à une émouvante interprétation du l’hymne national français, n’a en effet pas laissé indifférent.

 

Le Gabon avait pas ailleurs immédiatement exprimé son soutien à Paris. Juste après ces attentats, le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo a, dans un tweet, condamné « des actes inhumains ». Le secrétaire général de son parti s’est rendu à l’ambassade de France pour signer le livre de condoléances. Il était accompagné de Guy Christian Mavioga, porte-parole de la majorité présidentielle. « Le peuple français est un peuple frère. Donc il était nécessaire pour nous de souhaiter, non seulement nos condoléances à la France, mais de marquer notre totale solidarité vis-à-vis du peuple français », a pour sa part déclaré le porte-parole de la majorité présidentielle au Gabon.

 

Ces élans de solidarité montrent que malgré le relatif froid diplomatique qui entache les relations entre les deux pays – notamment du aux arrestations dans l’entourage du Président Ali Bongo Ondimba – les deux pays restent néanmoins amis.

Journaliste sportif pour les pages football, tennis et basket de journaux français, Nicolas Mukanga s'intéresse aussi de près à la vie de son pays d'origine, le Gabon, sur lequel il décide de lancer un pure player courant 2015, en compagnie de François Jamet.

0 Comments

Donner son avis