Coopération militaire : Des soldats Belges dans la forêt gabonaise

Actualités

Coopération militaire : Des soldats Belges dans la forêt gabonaise

L’Armée belge, soucieuse de conserver son expérience africaine et notamment une capacité à opérer en conditions tropicales, a dépêché une force de 800 hommes sur le sol gabonais afin qu’ils puissent s’y entrainer. Du 19 novembre au 13 décembre prochain, « Tropical storm » se déoulera sur les territoires du Gabon et de la RDC d’après le service de presse de la Défense à l’agence Belga.

 

La coopération militaire entre le Gabon et la Belgique est au beau fixe : Arrivées au Gabon il y’a quelques jours, des troupes militaires Belges ont entamé des entrainements, ce week end en territoire gabonais. Cet exercice, baptisé comportera deux volets successifs : Le premier se déroulera au Gabon, avec un entraînement en commun avec l’armée gabonaise et française – le 6e bataillon d’infanterie de Marine (6e BIMa), une des pièces maîtresses du dispositif militaire français en Afrique, stationné à Libreville, et des para-commandos des Eléments français au Gabon (EFG). Le second aura lieu à Kindu, le chef-lieu de la province du Maniema (est de la RDC), avec la participation de la 31e brigade de réaction rapide des Forces armées de la RDC (FARDC), une unité dont la Belgique a encadré la formation depuis 2008.

 

Ces exercices devraient permettre aux forces déployées par le « plat pays » d’acquérir des connaissances d’ordre techniques importantes. Pour cet exercice, les troupes belges seront équipées de trois avions de transport C-130 Hercule, de trois hélicoptères Agusta A109, dont deux pour des tâches d’évacuation médicale et de douze bateaux amphibies de type Friskavions. Les composantes Air et médicale testeront un nouvel équipement, le « Patient Transport Unit » (PTU) développé en coopération avec les Pays-Bas et le Luxembourg afin d’améliorer la qualité des évacuations médicales.

 

L’objectif affiché de cet exercice est de « maintenir l’expérience africaine de la Défense » et d’« être prêt pour une mission NEO (« Non-combatant Evacuation Operation » de civils d’une zone en crise) éventuelle », qui est l’une des tâches permanentes de la brigade légère de l’armée belge. Cette première coopération laisse transparaitre des perspectives très positives pour les forces armées des deux pays, ainsi que pour leurs relations dans d’autres domaines. Elle participe au renforcement des relations diplomatiques, mais aussi traduit la qualité des bons rapports entretenus entre les deux pays.

 

Pourquoi le Gabon ? Pourquoi écrire sur ce pays ? On s’en fera une petite idée en apprenant que Céline Meriault y a vécu une partie de son enfance, et en a conservé d’excellents souvenirs. Aujourd’hui journaliste, il lui semble important de mettre un coup de projecteur sur ce pays dont on parle trop peu, bien qu’il soit sur bien des points l’un des plus avancés d’Afrique : développement durable, tourisme, entrepreneuriat, etc.

0 Comments

Donner son avis