Total en baisse au Gabon

Economie

Total en baisse au Gabon

Total Gabon va mal. Un certain nombre d’observateurs espéraient une reprise après les importantes pertes financières du premier semestre, mais force est de constater que les résultats économiques du géant pétrolier ne sont pas reluisants concernant ce deuxième semestre. Total a ainsi annoncé avoir subi une perte sèche de près de 8 millions de dollars, avec dans la balance le gain d’un million de dollars de bénéfice. Pas besoin d’être grand-clerc pour s’apercevoir que la situation économique de Total est préoccupante au pays du perroquet gris.

 

Beaucoup s’interrogent sur cette situation moribonde, et relèvent déjà deux facteurs d’explication qui viennent éclairer cet état des lieux. Il est vrai, tout d’abord, que le marché de Total s’est rétracté au Gabon, et ce depuis plusieurs années, mais l’explication la plus essentielle est que le prix de vente du brut a véritablement chuté au cours de l’année écoulée. Une situation mondiale qui ne fait manifestement pas les affaires du géant pétrolier, déjà peu fortes au Gabon, mais qui se sont, ce semestre-ci, crispées au-delà du raisonnable.

 

Toutefois, que les observateurs qui s’inquiètent de l’affaissement de Total au Gabon ne s’affolent pas, car l’heure n’est pas au pessimisme le plus noir. Tout d’abord, Total œuvre sur plusieurs chantiers à la fois. Ainsi, au fil des années, le géant pétrolier a su se diversifier, pour éviter justement les phénomènes de goulots d’étranglements et de blocages économiques qu’il a pu connaitre dans d’autres pays, coûteuses erreurs, que cela soit en temps de travail ou en sommes sonnantes et trébuchantes. Ainsi, Total intervient désormais sur les champs maritimes d’Anguille Marine Nord, ainsi que de Girelle Marine, tous deux situés au large de Port-Gentil (Il s’agit, pour les spécialistes, d’opérations de « coiled tubing », ambitieux forages issus de nouvelles plateformes off-shore). Néanmoins, il faut souligner que les opérations de forage off-shore ne sont pas, loin de là, la seule option de Total au Gabon, qui dispose également de structures d’extraction situées à Mango, où l’entreprise procède actuellement à des relevés antisismiques en vue d’opérations prochaines d’envergure.

 

Le partenariat de confiance historique entre Total et le Gabon n’est pas mort, et l’on peut d’ores et déjà s’en féliciter. Un bon nombre de chantiers, pleins d’espérance et de promesses pour l’avenir, attendent Total, et le pays du Port-Gentil reste, pour tous les acteurs en présence, une très belle terre d’accueil et de construction du rêve d’entreprendre.

Rédactrice pour diverses publications politiques, Romane Bousso est une citoyenne engagée. Convaincue du potentiel de son pays d’origine, le Gabon, sur la scène internationale, elle milite pour un développement économique et durable rapide mais concerté de ce dernier.

0 Comments

Donner son avis