Le paquet est vide pour la Sociga

Economie

Le paquet est vide pour la Sociga

A l’issue d’une Assemblée générale extraordinaire qui s’est déroulée à Libreville le 16 novembre dernier, la Société des cigarettes gabonaises (Sociga) a déposé le bilan. En proie à de graves difficultés économiques, la société tabacole n’a jamais réussi à retrouver des couleurs après la perte de plusieurs marchés à l’international. Criblée de dettes, la Sociga a finalement pris la décision de se dissoudre. La mise en liquidation est en cours.

 

Le tabac ne connaît pas la crise ? Si l’on a tendance à penser que ce type d’industrie traverse toutes les crises grâce à des consommateurs nombreux et fidèles, la trajectoire de la Société des cigarettes gabonaises prouve que cela n’est pas vraie. Alors qu’elle exerçait ses activités au Gabon et dans plusieurs pays d’Afrique centrale, la société a été confrontée à une série de mauvaises nouvelles qui ont mis à mal sa santé économique et financière. Les pertes successives de marchés d’exportation (du Tchad en 2006 au Congo en 2013 en passant par la République centrafricaine et le Cameroun en 2014), la Sociga a été confrontée à une division par six de sa production en l’espace de cinq années. Des volumes en baisse et des marges de plus en plus étroites avec une pression fiscale qui s’est accrue sur l’industrie du tabac au Gabon.

 

« La décision de fermeture effective de la société est la conséquence directe d’évènements indépendants de la volonté de Sociga » peut-on lire dans un communiqué annonçant la fin de l’épopée Sociga. Les chiffres fournis sont pour le moins catastrophiques et ne laissaient place qu’à peu d’espoirs pour le maintien en vie du groupe. « L’entreprise est, en effet, depuis presque dix ans, confrontée à d’énormes difficultés financières. Malgré les nombreux efforts pour réduire les charges de fonctionnement, Sociga perd plus de 135 millions de francs par mois et son niveau d’endettement est supérieur à 4,3 milliards de francs (…) Dans ce contexte, face aux difficultés rencontrées et en l’absence de solutions, les actionnaires n’ont eu d’autre alternative que de prendre la douloureuse décision de fermer définitivement les activités de la Sociga au Gabon ».

 

L’inquiétude pour les salariés est légitime et le communiqué a tenu a désamorcer une crise sociale : «  Soucieux des situations individuelles de ses salariés, le management de Sociga s’engage à ce que l’ensemble de ses salariés reçoive des indemnités appropriées et soie accompagné pour qu’ils retrouvent au plus vite un emploi ». Malheureusement, les salariés de la Sociga redoutaient depuis plusieurs mois une telle conclusion et il se murmurait que le dépôt de bilan aurait lieu en mars 2016. Le couperet est tombé plus tôt laissant dans l’expectative des dizaines de salariés.

Rédactrice pour diverses publications politiques, Romane Bousso est une citoyenne engagée. Convaincue du potentiel de son pays d'origine, le Gabon, sur la scène internationale, elle milite pour un développement économique et durable rapide mais concerté de ce dernier.

0 Comments

Donner son avis