Premier Salon international de l’économie numérique et de l’innovation pour l’inclusion numérique de l’Afrique

Economie

Premier Salon international de l’économie numérique et de l’innovation pour l’inclusion numérique de l’Afrique

L’évènement annoncé par le ministère gabonais de l’Economie numérique et de la Poste est fixé pour le 16 et le 17 décembre. Il rassemblera les acteurs nationaux du domaine numérique. La rencontre, première de ce type, est organisée par le susdit ministère, en partenariat avec l’Union internationale des télécommunications (UIT) et Transform Africa.

 

Les organisateurs attendent près de 2 000 participants autour du thème « Jeunesse et numérique, levier de développement durable ». Parmi eux on trouve tous les acteurs engagés dans le développement du numérique : opérateurs mobiles et de télécommunications, représentations gouvernementales chargées des TIC, société civile, collectivités locales, jeunes et étudiants, universitaires et chercheurs, organisations internationales et d’autres partenaires du secteur numérique.

 

Pour les participants ce sera l’occasion de se former aux innovations et aux métiers du numérique, mais aussi de tisser de nouveaux partenariats prometteurs et attirer des investissements locaux et internationaux dans le secteur. Cyriaque Didier Kouma, directeur général de la Promotion de l’économie numérique, également président du comité d’organisation de la première édition de ce Salon, confirme que « cette plateforme est le cadre idéal d’échanges sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication et offre sans aucun doute des opportunités de rencontres et d’affaires pour des investisseurs nationaux et internationaux ».

 

Les organisateurs du Senig annoncent des ateliers de formation de renforcement de capacités, des stands d’exposition, ainsi que « des conférences sur le numérique dans les divers secteurs de l’écosystème de l’Internet tels la cyber-sécurité, les ressources Internet, les noms de domaines, le réseautage, les innovations, l’inclusion numérique et financière, les infrastructures », ajoute Pastor Ngoua N’neme, le ministre de l’Économie numérique et de la Poste. Le Forum sera inauguré par le Premier ministre Daniel Ona Ondo.

 

Outre ces objectifs fixés, ce sera le moment de faire le point sur l’avancement du Gabon dans le cadre de son engagement à « SMART Africa », un partenariat africain qui vise à « accélérer le développement socio-économique durable sur le continent et à engager l’Afrique sur la voie de l’économie du savoir à travers l’accès abordable aux services à large bande et l’utilisation des technologies de l’information et des communications », comme le stipule le Manifeste de « Smart Africa » adapté en de 2013. L’initiative prévoit le développement d’actions concrètes sur 8 domaines : bourses d’études, innovations de jeunes et création d’emplois, développement des TIC, smart cities, économie digitale, économie verte, alphabétisation numérique en Afrique, analyse des données pour le développement.

 

Au Gabon, le domaine numérique et les TIC en particulier, se voient démocratisés  avec le passage de technologie 3G à 4G et au raccordement à la fibre optique. En plus du développement des cyber-produits qui en bénéficient, l’entreprenariat digital est en train de donner une nouvelle dynamique à la création d’emplois.

 

Journaliste reporter d'images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l'actualité à l'écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd'hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis