Réjouissantes nouvelles pour les amateurs de karaté

Sport

Réjouissantes nouvelles pour les amateurs de karaté

Les rues de Libreville et les avenues de la nation bruissent de cette bonne nouvelle que s’échangent tout amateur de karaté qui se respecte : le pays du perroquet gris sera hôte officiel du Championnat d’Afrique de Karaté, qui se tiendra dans la capitale en avril 2016. Une excellente nouvelle, immédiatement confirmée par la Fédération Mondiale de Karaté, qui a précisé que si l’ensemble des dix rencontres prévues ne se dérouleront pas à proprement parler sur le sol national (le tournoi d’ouverture se déroulera à Paris, et les championnats junior et cadet se passeront en Indonésie), c’est bien l’écrin du Gabon qui a été désigné, belle cerise sur le gâteau sportif, pour accueillir les championnats du monde, qui viendront ainsi clôturer cette belle démonstration d’enthousiasme et d’échanges intergénérationnels.

 

Dans le but de la retransmission de cette compétition, point d’orgue d’une année riche en émotion, la WKF (World Karate Federation) a décidé de voir les choses en grand, et tout le pays frémit d’excitation devant la pléthore de moyens annoncés : des accords exclusifs de diffusion des droits télévisés des finales ont d’ores et déjà été passées avec des sociétés internationales de radiotélévision, et d’autres accords sont à venir. Le pays est prêt à mettre la main à la poche pour une retransmission optimale des finales aux quatre coins du monde, et cela ne peut qu’enthousiasmer les amateurs.

 

Car les vertus cardinales du karaté – et du sport en général – ne sont jamais suffisamment soulignées. Le sport est bénéfique, le sport détend. Le sport symbolise la vitalité et participe, par une pratique régulière, à la concorde nationale. Le gouvernement d’Ali Bongo l’a bien compris, et tous les citoyens, petits et grands, en ont désormais conscience. Rien ne vaut le sport comme ciment des âmes d’un pays, et les compétitions, avec leur bel élan de solidarité, d’effort, d’enthousiasme, symbolise, à sa mesure, le renouveau du Gabon. Pas de raccourcis faciles, ni de paroles grincheuses : si l’économie est bien devenu le secteur-clé de la renaissance du Gabon, et si le pays vit depuis quelques temps déjà (et est appelé à le demeurer, soyons optimistes !) sous le signe de la stabilité économique et financière, cette situation est également dues aux politiques sociales ambitieuses mises en place par le gouvernement.

 

Ainsi, la décision de choisir le Gabon comme pays-hôte des Championnats Mondiaux de Karaté en 2016 n’est pas à prendre à la légère : elle révèle une véritable volonté de pari sur l’avenir du pays du perroquet gris. Pari relevé par les instances internationales du sport, descendants du célèbre Pierre de Coubertin, qui voyait dans le sport la continuité de la politique et envisageait la compétition, saine et équilibré, comme un moteur pour l’avenir de tout un pays. Un pays qui se réjouit aujourd’hui de cette décision, mais qui sait également que tout désormais reste à confirmer, à poursuivre et à engager.

 

2016 sera, à n’en pas douter, une formidable année pour le Gabon. Formidable de par les chantiers déjà engagés (la construction de nouvelles structures de loyers modérés, la modernisation de plusieurs axes routiers d’importance, la diversification des revenus du pays, nouvelle donne qui tourne définitivement le dos au temps du pétrole-roi…) Le sport vient comme un calice célébrer ce renouveau des temps : le Gabon est décidé à rentrer et à rester dans la cour des grands. C’est aujourd’hui toute la communauté internationale qui s’en félicite… et les amateurs de karaté, qu’ils soient petits ou grands.

Journaliste sportif pour les pages football, tennis et basket de journaux français, Nicolas Mukanga s'intéresse aussi de près à la vie de son pays d'origine, le Gabon, sur lequel il décide de lancer un pure player courant 2015, en compagnie de François Jamet.

0 Comments

Donner son avis