Le nouveau directeur des douanes en guerre contre la corruption

Actualités

Le nouveau directeur des douanes en guerre contre la corruption

Alain Paul Ndjoubi Ossamy, nommé tout récemment le chef de la direction générale des Douanes et des Droits indirects, promet une campagne anti-corruption au sein de ses services.

 

Pensé souvent comme le lieu, où les mauvaises pratiques de pots de vin et des graissages de pattes sont plus que répandues, le nouveau chef des douanes veut concentrer ses efforts sur la lutte contre le « travail extra légal ». Il le précise aux « importateurs, exportateurs et autre usagers du service des douanes » dans un communiqué publié ces derniers jours où il annonce une campagne de sensibilisation anti-corruption : « le travail extra-légal correspond à des frais dus aux services des Douanes par tout usager qui sollicite l’action du service en dehors des heures légales et/ou ailleurs que sur le terrain normal d’action du service ».

 

Il a donc rappelé que toute demande d’argent pour des services extra-légaux est considérée illégale si elle n’est pas accompagnée par une demande expresse qui se fait uniquement auprès du chef de service ou de bureau. De plus, une quittance doit être établie. Beaucoup d’employés malhonnêtes qui ont l’habitude de prélever illégalement de l’argent aux usagers de services douaniers (M. Ndjoubi Ossamy cite notamment les transporteurs des containers en circulation) devront renoncer à cette pratique. Il s’adresse également aux usagers de services en les incitant à revendiquer « toute difficulté dans ce sens ».

 

Or, le prélèvement illégal d’argent pour les services extra-légaux n’est pas le seul problème de l’administration qui a été connue pour le détournement de containers ou de marchandises, ou bien pour le pillage d’argent (le journal Le Douk-Douk suppose que 1 000 milliards de francs de frais de transit ont été illégalement perçus par des douaniers).

 

Alain Paul Ndjoubi Ossamy a été nommé le Directeur général des douanes gabonaises le 26 octobre dernier, ayant succédé à Michel Ondinga Ngouengoué qui occupait le poste depuis le 21 février 2013. Lors de son mandat l’ancien patron des douanes a renforcé le contrôle aigu des conteneurs à travers la mise en place du scanner dans des ports importants du pays.

 

Avant d’occuper son nouveau poste M. Ndjoubi Ossamy a dû quitter la Société gabonaise des transports (SOGATRA) qu’il a dirigée. Au sein de cette institution il a lancé plusieurs initiatives : la mise en place des taxis-compteurs avec le renouvellement du parc de bus, l’ouverture de nouvelles lignes desservant les axes Libreville-Oyem et Libreville-Mouila.

 

Outre la nomination de Ndjoubi Ossamy, d’autres changements sont à noter au sein de la Direction Générale des douanes : Jean Emmanuel Ndoutoume est devenu le nouveau directeur général adjoint numéro 1, en remplaçant Fernand Koutana, tandis que le poste du directeur général adjoint numéro 2 est occupé par Nelly Pither qui succède à Marie Françoise Dissaguitou.

Journaliste reporter d'images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l'actualité à l'écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd'hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis