L’Agence gabonaise de presse en cessation d’activité

Emploi

L’Agence gabonaise de presse en cessation d’activité

L’Agence gabonaise de presse (AGP) a déclaré lundi de voir cesser toutes ses activités rédactionnelles en proie à d’énormes difficultés financières depuis fin 2014. Cette décision intervient suite à des arriérés de solde récurrent : pas moins de 3 mois de salaire impayés.

 

L’Agence gabonaise de presse met la clé sous la porte. En proie à d’énormes difficultés financières, le média public a décidé, le 4 janvier dernier, de cesser toutes ses activités rédactionnelles. De fait, les chiffres ne se recoupaient plus : la subvention de l’Etat allouée à l’AGP pour l’exercice 2016 était prévue à 200 millions de FCFA – soit une diminution de 50% par rapport à celle de l’année 2015 – alors que la masse salariale de l’agence est estimée à près de 300 millions par année. L’Agp, qui accumule des arriérés de salaire, a finalement décidé de mettre un terme à son activité de rédaction.

 

Une décision consécutive au mouvement d’humeur du personnel, excédé. Aujourd’hui, les agents contractuels, payés sur crédit alloué par l’Etat, réclament eux-mêmes 3 mois d’impayés. Les difficultés financières de l’Agence Gabonaise de Presse et de Gabon Matin ne datent pas d’aujourd’hui. Le deuxième quotidien du pays a déjà cessé de paraître pendant près d’un an, de septembre 2014 à juillet 2015. Le groupe public de médias fait partie des victimes de la chute des cours du pétrole.

 

L’agence vivait essentiellement de l’aide publique qui a connu une baisse drastique. La subvention de plus d’un milliard n’est plus qu’un lointain souvenir. Depuis 2009, l’Etat supportait les frais d’impression de « Gabon Matin » estimés à 654 millions de FCfa. Le journal, qui n’était qu’un bulletin d’information, était passé quotidien. Un nouvel organigramme était annoncé et devait permettre non seulement d’améliorer la gouvernance mais aussi d’étoffer l’offre en matière d’information et de communication. Il n’aura finalement pas porté ses fruits.

 

Journaliste reporter d’images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l’actualité à l’écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd’hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis