Quel avenir pour la sécurité pénitentiaire ?

Actualités, Uncategorized

Quel avenir pour la sécurité pénitentiaire ?

Il est souvent affirmé que la manière dont un pays traite les personnes détenues est un bon miroir pour juger de l’état de a société. Au Gabon, il apparaît que la société reste bien mieux lotie en générale que les prisonniers vivant dans des conditions très difficiles. La nomination d’un nouveau commandant en chef de la sécurité pénitentiaire est peut-être le signe que les choses sont en train de changer dans le pays du perroquet gris.

 

Un décret présidentiel en date du 7 janvier nomme le colonel Bevinga Pither au poste de commandant en chef de la sécurité pénitentiaire. Secondé par le lieutenant-colonel Osiyi Léopold Marius, il aura pour difficile mission de restaurer l’image des prisons dans le pays en offrant notamment des conditions de détention meilleures. Le colonel Bevinga Pither remplace son ancien supérieur, le colonel Noël Ngabina, qui a été invité à réintégrer son corps d’origine. Ce jeu de chaises musicales est peut-être le signe d’une volonté de changement initié par le pouvoir. Un changement dans la gestion de la question de l’emprisonnement au Gabon.

 

Toutefois, GabonReview s’interroge sur cette démarche car comme son prédécesseur, le colonel Bevinga Pither est issu de la police et non pas de l’administration pénitentiaire. Cette administration est chapeautée depuis plusieurs années par des éléments de la police et de la gendarmerie. Cette situation est critiquée à voix basse par les éléments d’une administration pénitentiaire qui ne comprend pas pourquoi l’un des leurs n’accède pas au poste de chef de la sécurité. S’estimant plus à même de gérer les problèmes spécifiques liés à l’incarcération, le personnel de cette administration pourrait être une nouvelle fois un peu déboussolé.

 

S’il est encore trop tôt pour juger du bien-fondé de cette nomination, il semblerait que de récents faits ne soient pas étrangers à un remplacement du plus haut cadre de l’administration pénitentiaire. Le témoignage d’un ancien détenu sur France 24 étrillant la machine carcérale et le discours musclé du chef de l’Etat deux jours plus tôt lors des vœux aux forces de défense et de sécurité. Au cours de son allocution, il avait notamment appelé le commandant-en-chef de la police « à mettre un terme au comportement négatif des policiers sur la voie publique » avant de mettre en garde tous les agents de l’ordre : « cette année doit être celle de la reprise en main ; la discipline n’est pas toujours présente, l’encadrement est volontiers absent et les soldats s’en plaignent. Ce métier ne peut tolérer l’amateurisme car des vies sont en jeu ».

En reprise d'études dans le journalisme après avoir beaucoup voyagé, notamment au Gabon, pays dont la beauté, la culture et l'organisation politique l'ont fasciné, Daniel Pingeot profite de son temps libre pour publier ses premières piges. C'est donc tout naturellement qu'il s'est tourné vers le-gabon.net dès le lancement du site.

0 Comments

Donner son avis