Abus sexuels en Centrafrique : Libreville ouvre une enquête

Actualités

Abus sexuels en Centrafrique : Libreville ouvre une enquête

La Minusca, force de l’ONU en Centrafrique pour le maintien de la paix est une nouvelle fois sous le feu des projecteurs. De récentes accusations mettraient en cause plusieurs contingents dont un gabonais qui se seraient rendus responsables d’abus sexuels sur quatre jeunes filles. Libreville vient d’ouvrir une enquête afin de faire toute la lumière sur des crimes odieux.

 

Les troupes internationales censées maintenir la paix dans une Centrafrique déchirée risquent de perdre encore des soutiens parmi la population locale. En effet, de nouvelles accusations assurent que des soldats se sont rendus coupables d’abus sexuels sur des jeunes filles mineures. L’affaire se serait déroulée à Bangui et trois contingents seraient concernés (L’Egypte le Gabon et le Maroc). Aucune information officielle n’est encore accessible. On sait juste que l’ONU a ouvert une enquête le 5 janvier dernier et que Libreville vient de lui emboîter le pas.

 

Alain-Claude Bilie By Nzé, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement gabonais vient de déclarer que « Si ces accusations s’avèrent vraies, il y aura des sanctions parce que le Gabon est engagé dans les efforts de maintien de la paix, en prenant en compte les exigences des Nations unies pour ce qui est de la formation des militaires engagés, mais également du respect des droits de l’homme, du respect de la personne […] et le Gabon honorera tous ses engagements ». Tolérance zéro donc envers ces soldats qui auraient commis des crimes et auraient sali le drapeau de la nation.

 

Selon les règles de l’ONU, ce sont les pays contributeurs qui doivent mener l’enquête et juger les soldats éventuellement accusés. M. Bilie By Nzé a déjà prévenu que les investigations prendraient du temps et qu’il est nécessaire de « confronter » les faits directement à Bangui. Mais les accusations s’avèrent vraies, « il y aura des sanctions parce que le Gabon est engagé dans les efforts de maintien de la paix, en prenant en compte les exigences des Nations unies pour ce qui est de la formation des militaires engagés, mais également du respect des droits de l’homme, du respect de la personne […] et le Gabon honorera tous ses engagements ». Affaire à suivre.

Journaliste reporter d’images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l’actualité à l’écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd’hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis