L’entrepreneuriat a de l’avenir au Gabon

Economie

L’entrepreneuriat a de l’avenir au Gabon

L’esprit d’entreprise se porte de mieux en mieux au Gabon. C’est du moins en ce sens qu’il faut interpréter le lancement de la troisième édition de « Tremplin », très belle idée visant à encourager et accompagner la création d’entreprise et la culture entrepreneuriale, et qui se tiendra dans la capitale de Libreville du 12 janvier au 8 mars 2016.

 

Chantier ambitieux, d’une valeur estimée à hauteur de 10 millions d’euros, le projet est financé par l’Organisation des Nations-Unis pour l’éducation, la science et la culture, la célèbre Unesco, en partenariat avec le Centre d’étude et de prospective stratégique. Le fait de voir de si grands acteurs s’investir au pays du perroquet gris enthousiasme d’ores et déjà de très nombreux citoyens gabonais. C’est la preuve que le Gabon attire les énergies et les volontés du monde entier, et quelle meilleure preuve de cette situation que de voir l’Unesco s’engager aux côtés des acteurs du pays pour porter un projet si riche en opportunités ?

 

Très simplement, il s’agit, lors de cette initiative « Tremplin », d’encourager et de récompenser les chantiers mis en route par la jeunesse de ce pays. Objectif ambitieux, stimulant : c’est exactement de ce type de projet que le Gabon nouveau a besoin. « Tremplin » célébrera ainsi les idées qui vont dans le sens de l’échange, de la concorde et de la cohésion sociale. Inscrite dans son programme plus large, qui est celui pour l’année 2016, de faire de la jeunesse la priorité de sa politique, l’Unesco mise ici sur d’importants moyens, et nul doute que le Gabon saura se montrer à la hauteur de ces attentes.

 

L’Unesco le sait : le phénomène du chômage est endémique en Afrique. L’agence internationale souhaite donc appuyer le poids de tous ses efforts sur la jeunesse, qui est comme chacun le sait, et en Afrique peut-être plus qu’ailleurs, la jeunesse du monde à venir. Un monde que l’on souhaite plus paisible, plus fraternel, lavé des gros nuages de la discorde et des tensions de tous genre. Plus de gâchis, ni de perte de temps désormais : l’entreprise sauvera l’Afrique. Et que les esprits chagrins cessent leurs jérémiades, tant le programme « Tremplin », de part ses exigences et ses attentes, consiste en un programme solide et porteur d’espoir : pour y participer, il faut avoir entre 21 et 35 ans. Il faut également avoir une entreprise ayant plus d’un an d’existence, être basé en Afrique, et surtout avoir déjà créé au moins un emploi stable.

 

L’idée à la racine de ce projet est claire : c’est celle de pérenniser les espoirs. Hors de question de financer des projets fantaisistes, construits sur du sable, et qui s’envolera au vent des hasards à la moindre difficulté rencontrée. Le directeur du Bureau d’étude de « Tremplin » l’a même clairement rappelé au cours d’une conférence de presse forte en émotion : le jury sera strict sur les critères d’éligibilité au programme, tout en conservant la dose de compréhension nécessaire. Ce qui constitue, en somme, les conditions d’un jury idéal, impartial mais à l’écoute des projets que l’on ne manquera pas de lui proposer.

 

A présent, que les jeunes Gabonais se précipitent ! Ils peuvent dès maintenant contacter les organisateurs de « Tremplin », soit par téléphone, soit par messagerie électronique. L’occasion est belle, et il sera dommage de la laisser passer, tant il convient de saluer une nouvelle fois l’importance de telles initiatives, qui mettent le Gabon en mouvement et encouragent une réelle culture de paix et d’ouverture sur les autres, dans la droite ligne des efforts du gouvernement de mettre en place un tissu social et économique viable. A vos claviers !

Pourquoi le Gabon ? Pourquoi écrire sur ce pays ? On s'en fera une petite idée en apprenant que Céline Meriault y a vécu une partie de son enfance, et en a conservé d'excellents souvenirs. Aujourd'hui journaliste, il lui semble important de mettre un coup de projecteur sur ce pays dont on parle trop peu, bien qu'il soit sur bien des points l'un des plus avancés d'Afrique : développement durable, tourisme, entrepreneuriat, etc.

0 Comments

Donner son avis