Vers une réduction du budget de l’Etat

Economie

Vers une réduction du budget de l’Etat

Tout récemment, la Direction du Ministère du budget et des comptes publics a dévoilé le budget pour l’année 2016. On constate notamment une réduction des dépenses consacrées au fonctionnement de l’administration publique. Explications.

 

Si en 2015 les dépenses de l’Etat s’élevaient à 238,9 milliards de FCFA, cette année elles ne sont que de 175,9 milliards. L’Etat va consacrer 732,2 milliards de FCFA aux dépenses de personnel dans le secteur public et 888,7 milliards pour le remboursement des dettes de l’Etat. 349,2 milliards de FCFA sont prévus pour les aides publiques, filets de protection, bourses et pensions.

Malgré la réduction du budget, l’Etat gabonais promet de « poursuivre les chantiers majeurs ayant un fort impact sur la croissance, le développement et le bien-être des populations ». A cet effet, en 2016 il investira 562,8 milliards dans les infrastructures publiques, qui seront consacrées notamment à « la poursuite de la construction du réseau national de fibre optique et de deux stades à Port-Gentil et à Oyem, ainsi que celle d’infrastructures de transport et d’assainissement à Libreville et Port-Gentil ».

Le budget prévoit également les dépenses pour des évènements non annuels, à l’image des élections présidentielles ou la préparation de la Coupe d’Afrique des nations 2017 (49,7 milliards). Rappelons que la CAN aurait dû avoir lieu en Libye, mais pour des raisons de sécurité, l’événement a été rapporté au Gabon qui va accueillir les jeux du 21 janvier au 12 février 2017.

En ce qui concerne les ressources nettes dont dispose le Gabon pour l’année en cours, elles sont estimées à 2531,9 milliards de FCFA. Elles comprennent les ressources budgétaires de 1949,8 milliards des dépenses fiscales de remboursement de crédit de TVA et les ressources de financement de 582,1 milliards.

Parmi d’autres grandes catégories de dépenses on note également les dépenses de biens et services comprenant les remboursements de la TVA et les dépenses de transferts. Rappelons que la majorité des recettes budgétaires l’Etat provient encore de l’exportation des hydrocarbures.

 

D’ailleurs, en janvier le Gouvernement a déjà du mettre la main à la poche pour aider la radio panafricaine Africa n°1. L’Etat va dépenser chaque mois 150 millions de FCFA pour payer les salaires des employés, les frais de fonctionnement du comité de privatisation de la radio et ceux des organes en charge du redressement judiciaire. La décision de l’allocation de cette aide a été annoncée en personne par le ministre gabonais de la Communication Alain-Claude Billie By Nzé.

 

La radio qui existe depuis 1981 est une première radio généraliste internationale d’Afrique. Créée à l’initiative du président gabonais Omar Bongo, elle traverse une crise financière depuis les décès d’Omar Bongo et de l’ancien Chef d’Etat libyen Mouammar Kadhafi, principaux soutiens financiers de la Radio. Faute de financements de la part de son actionnaire principal la société Afrique des médias et d’édition Libya Africa Portfolio  qui détient 52 % des actions, le fonctionnement de la radio panafricaine est devenu plus compliqué. Face à cette situation difficile, le gouvernement gabonais qui possède de 35 % des actions s’efforce à sauver «un label de prestige et de notoriété».

Journaliste reporter d'images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l'actualité à l'écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd'hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis