Lune de miel entre Libreville et Pékin

Actualités

Lune de miel entre Libreville et Pékin

La montée en puissance de la Chine sur le continent africain est à la fois perçue comme une chance et une menace. Libreville n’a pas d’état d’âme et a depuis longtemps développé d’étroites relations avec les autorités pékinoises. Echanges et coopération économiques et diplomatiques importants, règles allégées pour les visas… Tous les signaux sont au vert entre deux pays qui bénéficient de cette entente mutuelle.

 

Il y a quarante-et-un ans, le Gabon et la Chine entamaient leurs premières rencontres diplomatiques. Un geste pas forcément évident alors que la Guerre froide faisait rage bien que la Chine se soit distancée de l’URSS. Quatre décennies plus tard, la vision des élites gabonaises se trouve plus que jamais renforcée avec des relations au beau fixe entre les deux pays. Le Gabon se développe à grands pas et fait de plus en plus appel à des sociétés chinoises pour réaliser des chantiers colossaux qui changent le visage du pays. Les plus visibles d’entre elles concernent le BTP avec des réalisations titanesques qui font aujourd’hui l’orgueil de la nation.

 

A l’occasion de la CAN 2012, le grand stade d’Agondjé est sorti de terre un an auparavant et a parfaitement rempli son rôle pendant l’épreuve. Il continue d’accueillir un public nombreux lors d’événements sportifs, mais aussi des rencontres de dimension internationale et internationale. Les 40 000 places disponibles et l’architecture parfaitement réussie par la compagnie Shanghai Construction Group en font un des plus beaux stades d’Afrique sans conteste. Un autre stade à Oyem ouvrira ses portes afin d’accueillir la CAN 2017. Ce sont là plus de 20 000 spectateurs qui pourront bénéficier du show sportif. Enfin un stade à Port-Gentil est sur la table de travail.
Si les infrastructures sont au cœur des relations sino-gabonaises, il est important de rappeler que les échanges commerciaux entre les deux pays dépassent désormais les 400 millions de dollars. Les richesses du sous-sol gabonais attisent l’intérêt chinois et des joint-venture ont vu le jour ses dernières années afin de profiter équitablement des ressources du pays. La Chine se montre plutôt arrangeante en terme de prêts et d’accords commerciaux car elle sait l’importance du Gabon pour son propre développement. Les deux acteurs jouent intelligemment et cordialement leurs cartes comme l’illustrent les facilités pour les visas. Les fonctionnaires et diplomates des deux Etats n’ont plus besoin de visa pour voyager d’un pays à l’autre. Une première entre la Chine et un Etat d’Afrique centrale. Le Gabon est seulement le huitième Etat africain à signer ce type d’accord avec la Chine.

 

Nul doute que les relations vont continuer de se renforcer dans les prochaines années et ce même si la Chine connaît un relatif ralentissement économique. Pékin sait que son avenir passe par l’Afrique et le Gabon constitue l’un de ses principaux interlocuteurs sur un continent qui lui plaît décidément de plus en plus.

Journaliste reporter d’images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l’actualité à l’écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd’hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis