Accord Gabon-Russie dans lutte contre les stupéfiants

Actualités

Accord Gabon-Russie dans lutte contre les stupéfiants

Attendu depuis plusieurs semaines après des mois de discussions, un accord relatif à la lutte contre les stupéfiants entre le Gabon et la Russie a été signé hier à Libreville. C’est le ministre gabonais de l’Intérieur Pacôme Moubelet-Boubeya et le directeur adjoint du service fédéral russe de lutte contre le trafic de drogue qui ont paraphé un accord qui devrait permettre une lutte plus efficace contre un fléau mondial qui se joue des frontières étatiques.

 

Après des premiers contacts avec l’ambassadeur russe au Gabon, la décision de signer un accord entre le Gabon et la Russie pour enrayer le trafic de stupéfiant a été portée par le ministre gabonais Pacôme Moubelet-Boubeya. C’est chose faite depuis hier et la venue dans la capitale gabonaise d’Oleg Safonov, directeur adjoint du service fédéral russe de lutte contre le trafic de drogue. Concrètement, l’accord permettra un échange d’informations, un renforcement des capacités de lutte et des échanges de bons procédés entre les deux pays.

 

Si la guerre contre la drogue se renforce c’est tout simplement car il s’agit d’un fléau dont l’impact sur la société peut être grand voire gravissime si aucune protection n’est dressée. Le ministre gabonais de l’Intérieur a d’ailleurs déclaré que « les drogues envahissent de plus en plus les milieux hétéroclites et agissent de manière omnipotente sur tous les espaces et sur les différentes sphères de notre société. A cet égard, le tableau synoptique des activités de l’Office central de lutte contre la drogue pour l’année 2015 montre que les jeunes de 12 à 35 ans se livrent, de plus en plus, à la consommation de drogue et à son usage, engendrant ainsi la recrudescence des actes odieux tels que la violence familiale, les atteintes à la sécurité des personnes, le vol à main armée et les meurtres, pour n’évoquer que ces quelques illustrations ».

 

La consommation et le trafic de drogue ne sont pas des activités sans conséquence et l’accord signé avec la Russie vise à rendre plus efficace une lutte dans laquelle le Gabon est pleinement engagée. La partie russe a notamment souligné les liens entre trafic de drogue et terrorisme. Oleg Safonov a ajouté : « ce phénomène, on le voit depuis quelques années, a des liens avec le terrorisme ». La communauté internationale se doit d’être vigilante et cela passe en premier lieu par ce type d’accord bilatéral. « L’étendu du trafic est une catastrophe mondiale et aucun pays tout seul ne peut mettre fin a ce phénomène dont les revenus sont estimés à 7 milliards de dollars par an (environ 3 500 milliards de francs), selon l’Organisation des Nations-unies » a précisé le spécialiste russe de la lutte contre le trafic de drogue. Il faut rappeler que la Russie est particulièrement touchée par la drogue qui amplifie notamment les problèmes de salubrité publique et la propagation du virus du sida.

Rédactrice pour diverses publications politiques, Romane Bousso est une citoyenne engagée. Convaincue du potentiel de son pays d'origine, le Gabon, sur la scène internationale, elle milite pour un développement économique et durable rapide mais concerté de ce dernier.

0 Comments

Donner son avis