Jean Ping en lice pour la présidentielle

Politique

Jean Ping en lice pour la présidentielle

L’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping a officiellement annoncé samedi à Libreville qu’il sera candidat à la prochaine élection présidentielle au Gabon en grandes pompes. Le principal challenger d’Ali Bongo entend fédérer l’opposition – ne tâché délicate, compte tenu des divisions de plus en plus apparentes au sein des divers courants qui la constituent.

 

« Par amour pour notre pays, et par respect pour les Gabonais et les Gabonaises j’accepte en toute âme et conscience ces multiples sollicitations. Aussi, j’annonce solennellement ce samedi 13 février 2016, ma ferme décision de me porter candidat à l’élection présidentielle de 2016. » Par ces mots, Jean Ping, ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA), a officiellement annoncé sa candidature aux gabonais. 30 000 personnes étaient venues participer à une convention réunissant tous les partis et associations qui soutiennent sa candidature. La nouvelle n’est pas surprenante, car il avait été désigné par une faction du Front uni de l’opposition pour l’alternance (Fopa).

 

Jean Ping a aussi justifié le reproche qu’on lui fait de vouloir aller « à tout prix aux élections alors que le système électoral n’est pas transparent ». L’ancien chef de la diplomatie gabonaise a utilisé une figure du monde sportif : « si vous avez un match à jouer mais que vous êtes convaincus que les arbitres et le commissaire du match sont corrompus en faveur de votre adversaire. La FIFA maintient que le match doit se jouer. Que ferez-vous ? » a-t-il demandé à l’assistance. « Il faut le jouer malgré tout mais avec l’a hargne de le gagner », a conclu le natif de l’Ogooué Maritime.

 

Jean Ping a appelé l’opposition à se rassembler autour de sa candidature. La partie n’est pas pour autant gagnée pour le candidat Ping. L’ancien ministre d’Omar Bongo Ondimba a lui-même reconnu après cette annonce que le plus difficile reste à faire. Sa prochaine bataille sera de rallier tous les opposants qui boudent encore sa candidature. Cette unité de façade cache néanmoins un paysage politique éclaté, ou de nombreux partis de la coalition dénoncent une prise de pouvoir illégitime. Il aura fort à faire afin d’éviter les candidatures dissidentes de tous ceux qu’il a frustrés en s’imposant de force à la tête du mouvement.

 

Journaliste reporter d’images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l’actualité à l’écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd’hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis