Bientôt un nouveau barrage pour alimenter Libreville en électricité

Economie

Bientôt un nouveau barrage pour alimenter Libreville en électricité

La Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG) et le Fonds Gabonais d’Investissement Stratégique (FGIS) ont conclu, le 18 février, un mémorandum d’entente pour la construction d’un barrage hydroélectrique sur le site de Kinguélé Aval. L’objectif est de répondre aux besoins énergétiques croissants de la capitale gabonaise. La construction pourrait aboutir d’ici trois à quatre ans.

 

Libreville est une cité en pleine expansion. La demande en électricité s’accroît chaque année de 6 % et les autorités doivent trouver de nouvelles sources d’énergie afin de répondre aux besoins de la population. C’est dans ce contexte que la Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG) et le Fonds Gabonais d’Investissement Stratégique (FGIS) ont conclu un mémorandum portant sur la construction d’un nouveau barrage hydroélectrique d’une capacité de 60 Mégawatts. Une bouffée d’oxygène puisque les deux barrages qui alimentent la capitale représentent aujourd’hui une puissance cumulée de 110 MW.

 

Attendu sur le site de Kinguélé Aval (en aval d’un des deux barrages en fonctionnement) l’ouvrage devrait être terminé d’ici trois à quatre ans. Pour le moment la phase d’études n’est pas entièrement complétée comme le souligne Jean Paul Camus, Directeur général de la SEEG. « Il y a une étude préliminaire qui avait été faite il y a assez longtemps. On est entrain de l’affiner et on devait avoir les résultats d’ici le mois de juillet ». Le barrage coûtera 100 milliards de francs, mais le jeu en vaut la chandelle avec des besoins en électricité qui augmentent chaque année de 15 MGW.

Dans un communiqué de la SEEG, il est indiqué que l’exploitation de ce nouveau barrage « créera les conditions nécessaires à l’accélération du développement économique et l’amélioration du cadre de vie des habitants de l’agglomération de Libreville à l’horizon 2020 ». Le Directeur Général de la SEEG a par ailleurs affirmé que « le choix de l’aménagement hydroélectrique de Kinguélé Aval favorise l’exploitation d’une source d’énergie renouvelable et à bas coût. Il contribue ainsi à l’amélioration du mix énergétique de Libreville conformément au PSGE ».

Nul besoin de dire que les conclusions de juillet prochain sont attendues avec une certaine impatience par tous les acteurs du dossier. Il a toutefois été rappelé qu’en raison de l’importance du projet aucune décision hâtive ne sera prise afin de mener à bien un projet essentiel au bon développement économique et humain de Libreville.

Journaliste reporter d’images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l’actualité à l’écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd’hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis