Environnement : des avions de la NASA survolent la forêt gabonaise

Actualités

Environnement : des avions de la NASA survolent la forêt gabonaise

L’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (Ageos) a organisé une visite guidée des avions scientifiques de la Nasa et du Centre aérospatial Allemand, le 24 février dernier. Le but étant d’explorer et de comprendre les outils qui servent aujourd’hui à étudier la biomasse issue de la forêt. La coopération avec la NASA s’inscrit dans le cadre du programme AfriSAR auquel prend part activement le Gabon depuis plusieurs mois. Cette journée porte ouverte a aussi été l’occasion de revenir sur le renforcement de la coopération entre toutes ces entités.

 

Les férus d’aérospatial et d’environnement n’auront pas fait le déplacement pour rien le mercredi 24 février. Membres du gouvernement, collégiens, lycéens et étudiants ont eu la chance de découvrir les avions de la NASA disposés sur le tarmac de la base aérienne 01 de Libreville. La NASA ne fait pas que des navettes spatiales ? Non, la célèbre Agence spatiale américaine utilise également des avions bourrés de technologies afin d’étudier la planète. Ces derniers sont d’une grande utilité dans le cadre du programme AfriSAR qui vise à connaître précisément la quantité de carbone stockée par la forêt.

 

Le Gabon, avec plus de 80 % de son territoire recouvert par la forêt est un candidat idéal pour mener ce type d’études après l’Equateur en 2013, le Costa Rica en 2014 et l’Argentine en 2015. La NASA est épaulée par la toute nouvelle Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (Ageos) qui est opérationnelle depuis le 3 juin 2015. Les deux agences ont d’ailleurs renforcé leur collaboration depuis le 4 février dernier avec la signature d’un mémorandum d’entente qui permet de développer des projets scientifiques en lien avec l’observation de la Terre.

 

Lors de la journée porte ouverte du 24 février, les scientifiques présents ont expliqué le rôle des instruments qui seront embarqués dans les satellites BIOMASS, NISAR et GEDI en 2021. Ils auront pour tâche de calculer les quantités de biomasse et le stock de carbone qui sont contenus dans les forêts tropicales. Pour l’Ageos, cette opération est déjà un succès : « Cette initiative avait pour ambition de mieux faire comprendre l’intérêt d’une expérience scientifique unique qui se déroule pour la toute première fois en Afrique subsaharienne : le calibrage des instruments radar (Sethi, F-Sar, UAVSAR et LVIS) de l’ESA et de la Nasa sur des sites d’essai riches en biomasse comme La Mondah, La Lopé, Rabi, Mabounié, Pongara et Mouila ». De bon augure juste après la clôture d’une COP21 qui doit être suivie de faits afin de préserver le climat au niveau mondial.

En reprise d'études dans le journalisme après avoir beaucoup voyagé, notamment au Gabon, pays dont la beauté, la culture et l'organisation politique l'ont fasciné, Daniel Pingeot profite de son temps libre pour publier ses premières piges. C'est donc tout naturellement qu'il s'est tourné vers le-gabon.net dès le lancement du site.

0 Comments

Donner son avis