Siat-Gabon annonce une restructuration

Economie

Siat-Gabon annonce une restructuration

Du fait de la chute du caoutchouc sur les marchés internationaux, l’agro-industriel Siat-Gabon s’est récemment lancé une cure d’austérité.

 

Il n’aura pas fallu longtemps pour que la direction de Siat-Gabon vire de bord. Après une tournée fin février dernier, sur les sites de Mitzic, Bitam, Lambaréné, Zilé, Makouké, Kango, Tchibanga et à la direction générale à Libreville, le président-directeur général du groupe, Pierre Vandebeeck, a annoncé une série de mesures choc pour restaurer la compétitivité de la filiale gabonaise du groupe. Il avance l’effondrement des cours du caoutchouc pour justifier ces réformes structurelles en profondeur. La Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale avait donné le ton, après l’annonce de la stagnation de l’action du groupe à la fin du mois de janvier.

 

Parmi les mesures, on note, en priorité, la réorganisation de la filière palmier à huile. La société prévoit également de recourir au délestage partiel de l’électricité sur tous les sites, envisageant également de réduire le nombre d’expatriés, le staff au siège de Libreville et sa flotte de véhicules légers. Pour le groupe Siat, le contrôle des quotas kilométriques, la diminution des taux de saignée et de la prime de présence, tout comme la diminution de l’effectif du service PV hévéa, la révision de l’accord d’établissement, la vente de plusieurs bâtiments sont également sur la table.

 

En attendant leur adoption par le conseil d’administration, qui se tiendra dans les prochains jours, la direction a annoncé la couleur. Il souhaitait faire passer son capital de 39 à 54 milliards de francs par émission d’actions nouvelles. L’opération sera lancée du 1er au 20 décembre prochain. Le nombre de titres émis est de 1,5 million d’actions. Le prix unitaire est de 20 000 francs par action. Cela n’aura pas suffi.

Journaliste reporter d’images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l’actualité à l’écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd’hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis