La BEAC uniforme ses coefficients de réserves obligatoires

Economie

La BEAC uniforme ses coefficients de réserves obligatoires

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a annoncé que ses pays membres auront désormais les mêmes montants de réserves obligatoires. Cette décision prise dans le cadre du comité monétaire de la BEAC n’a pas été formulée en détails pour le moment et une prochaine explication de texte pour connaître les nouveaux coefficients des réserves obligatoires applicables au sein de la Communauté économique monétaire devrait avoir lieu prochainement.

 

L’annonce de la BEAC sur l’uniformisation ses coefficients de réserves obligatoires constitue un petit chamboulement dans la politique monétaire de la zone CEMAC. Le but premier de cette nouvelle politique est de mettre de côté les établissements de crédit qui ne collecte que peu de dépôts. Un ménage de printemps donc, dont les contours restent encore flous, mais qui verra un élargissement des éléments de l’assiette des réserves par l’incorporation des titres de créances négociables. Le dispositif actuel était adossé sur les dépôts à vue et les dépôts à terme, avec des coefficients différenciés par groupes de pays en fonction de la liquidité globale de système bancaire. Un dispositif qui a montré ses limites selon les experts de la BEAC et qui doit donc être révisé.

 

La BEAC a aussi fait savoir qu’elle allait procéder à des aménagement afin d’améliorer la politique monétaire. Ainsi, la BEAC vise à remplir au mieux l’une des missions de la BEAC qui consiste à superviser le fonctionnement du marché monétaire, et à intervenir en injectant ou en ponctionnant de la liquidité, selon le besoin. « Ces décisions du comité de politique monétaire de la BEAC rentrent dans le cadre de la réforme structurelle de la politique monétaire appliquée par les Etats de l’Afrique centrale, en vue d’en améliorer l’efficacité ».

 

Cette double annonce a anticipé de quelques heures les remontrances du Fonds Monétaire International, lequel dans un communiqué a recommandé aux pays membres de la CEMAC de faire en sorte d’avoir une politique monétaire commune et appropriée.  « La politique monétaire accommodante qui a consisté à un recours excessif à la banque centrale régionale (la BEAC) a entraîné une diminution des réserves de change. Bien que le niveau des réserves reste adéquat, la marge pour une nouvelle expansion monétaire semble désormais épuisée » lit-on dans le communiqué du FMI. Pour cela, il « est donc impératif de renforcer l’intégration régionale, de développer les échanges intra-régionaux et de mieux intégrer les marchés financiers ».

0 Comments

Donner son avis