Sondages pour la présidentielle : Ali Bongo donné vainqueur

Le Gabon vu d'ailleurs

Sondages pour la présidentielle : Ali Bongo donné vainqueur

Le cabinet de sondages américain Gallup Consulting a donné les premiers pronostics pour la présidentielle gabonaise. Selon son étude, Ali Bongo pourrait obtenir 56,2 %, lors de la présidentielle du mois d’Août. Jean Ping est annoncé en seconde position avec 19%, Guy Nzouba Ndama arrive en troisième position avec 14,8%.

 

La course à la présidentielle bat son plein au Gabon, deuxième économie de la sous-région Afrique Centrale, connu par sa stabilité politique. Le président sortant Ali Bongo Ondimba, en lice pour un second mandat, a accusé plusieurs défections au sein de son camp ces dernières semaines, ce qui le laissait fragilisé. Cependant, le dirigeant gabonais obtiendrait encore l’aval de ses concitoyens. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude réalisée par le Groupe Gallup Consulting, spécialiste des sondages américain.

 

Pour 84,4 % des sondés, l’élection présidentielle sera l’évènement majeur au Gabon en 2016. Pour 71,5 % des sondés, 57,3 % d’hommes, déclarent vouloir aller voter et 23,3 % dont 58,5 % de femmes répondent par une négative et 5,5 % hésitent encore. « Le maintien de la paix civile, est considéré comme la priorité pour le Gabon en 2016 et les années à venir, pour 41,5 % des sondés, dont 55,8 % des femmes », a annoncé le Groupe Gallup Consulting dans un communiqué. Selon les résultats de ce sondage, la lutte contre le chômage vient en seconde position avec 32,5 % des sondés, dont 52 % d’hommes.

 

S’il est encore trop tôt pour avoir un avis définitif, et que nombre de rebondissements peuvent encore avoir lieu d’ici a mois d’aout, l’entreprise américaine qui offre un bouquet de services de recherches, touchant le management, la gestion des ressources humaines et les statistiques, a également indiqué les intentions de vote des gabonais à l’heure actuelle. D’après son étude, le président sortant Ali Bongo Ondimba bénéficie de 56,2 % des intentions de vote – loin devant Jean Ping, avec 19%, et Guy Nzouba Ndama, qui arrive en troisième position avec 14,8%.

 

Des chiffres qui avaient été précédés d’un renouveau des soutiens au président sortant. Dernier en date, le diplomate Ngoyo Moussavou : « Avez-vous observé que ce sont toujours les mêmes qui, faute d’arguments, mettent en doute sa filiation ? » À l’en croire, des opposants (Jean de Dieu Moukagni Iwangou et Pierre Claver Maganga Moussavou) ont écrit en juin 2015 à l’Élysée pour que la présidence française atteste de l’authenticité de l’acte de naissance produit par le service d’état civil de Nantes (Ali Bongo Ondimba est né à Brazzaville en 1959, avant l’indépendance du Congo). » Pour lui, « Les défections n’empêcheront pas Ali Bongo Ondimba d’être réélu. » SI rien n’est joué, la pente que les deux principaux candidats de l’opposition doivent désormais remonter sera longue et ardue.

Journaliste reporter d'images en Afrique centrale pour la télévision française, François Jamet couvre également l'actualité à l'écrit, dans les colonnes de grands médias. En plus de ces activités, il est aujourd'hui rédacteur en chef de le-gabon.net.

0 Comments

Donner son avis