L’Etat gabonais décide d’un emprunt obligataire de 98 milliards de FCFA

Economie, Uncategorized

L’Etat gabonais décide d’un emprunt obligataire de 98 milliards de FCFA

L’Etat gabonais souhaite procéder à l’émission d’un emprunt obligataire d’un montant de 98 milliards de FCFA « EOG 6,50% net 2016-2021 » du 1er au 7 juin 2016, dans le cadre d’un appel public à l’épargne sur le marché financier des Etats membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

 

Le gouvernement gabonnais s’apprête, pour la troisième fois consécutive après 2007 et 2015, à procéder à l’émission d’un emprunt obligataire. A cet effet, le ministère du Développement durable, de l’économie, de la promotion des investissements et de la prospective, en sa qualité de représentant de l’Etat gabonais, a mandaté l’Union gabonaise de banque (UGB), établissement de crédit agréé par la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac).

 

D’une maturité de 5 ans pour un taux d’intérêt annuel de 6,5 %, cet emprunt obligataire est co-arrangé par Attijari Securities Central Africa (ASCA) et BGFI Bourse. Ces derniers et le camerounais Financia Capital sont par ailleurs co-chefs de file de l’opération, tandis que l’Union gabonaise de banque (UGB – Attijariwafa Bank) joue le rôle de conseiller financier du gouvernement.

 

Les fonds serviront à financer des projets à Libreville, Port-Gentil, Franceville, Oyem et Bitam. Ils vont du drainage des eaux pluviales à des travaux aux abords des stades devant accueillir la prochaine coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, en passant par la construction de routes, la sécurisation des réseaux électrique et de télécommunications, la réhabilitation de centres de santé publics ou la mise à niveau des hôtels.

 

« L’objet de l’Emprunt Obligataire de l’Etat Gabonais est d’améliorer la qualité des infrastructures sur le réseau routier de la commune de Libreville. Ce projet portera sur la réfection et l’élargissement du réseau routier existant, la connectivité Nord/ Sud et Est/Ouest ainsi que le désenclavement de quartiers sous intégrés. Ainsi, un nombre plus important de la population aura accès à un réseau plus étendu des transports en commun », précise le communiqué.

0 Comments

Donner son avis