Inauguration de l’école des mines et de la métallurgie

Gabon Life

Inauguration de l’école des mines et de la métallurgie

Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a inauguré la première école des mines du Gabon. Fruit d’un partenariat public-privé, cette structure nichée au pied du gisement de manganèse de la petite ville de Moanda accueillera 120 étudiants dès la prochaine rentrée universitaire. Toutes les parties prenantes au projet ce sont félicitées de cette ouverture, à savoir l’État gabonais, la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG), filiale du groupe ERAMET et l’Université de Nancy.

 

Il y a des inaugurations qui laissent présager d’un bel avenir. Celle de l’école des mines et de la métallurgie est de cette caste et la présence du président Ali Bongo illustre toute l’importance que pourrait revêtir cette école dans les années à venir. Ce dernier a déclaré : « Cette école répondait au souci d’une plus grande diversification de notre économie… pour y parvenir il nous faut être accompagné de structures qui vont former les ingénieurs et les techniciens supérieurs. Cet Institut va permettre d’accélérer les performances du Complexe métallurgique de Moanda. Que cela soit pour le manganèse ou pour le fer, nous avons besoin de la ressource humaine ».

 

Les attentes du politique sont donc fortes et les 120 étudiants qui occuperont cette espace ultra moderne dans ce site de 40 hectares auront un rôle important à jouer dans le futur économique du pays. L’école abrite des bâtiments administratifs et d’enseignement, un dortoir, une bibliothèque, un laboratoire de langues, et un amphithéâtre sans compter des infrastructures sportives. Pour Patrick Buffet, PDG d’Eramet, cette école est « une réponse au besoin accru de main d’oeuvre qualifiée au Gabon et plus largement en Afrique centrale ainsi qu’une réelle opportunité de développement offerte à la jeunesse gabonaise ».

 

L’école des mines et de la métallurgie fait partie du Plan Stratégique Gabon Emergent qui doit permettre de mieux former la jeunesse du pays et de développer les secteurs minier et industriel. Il faudra que les résultats soient tangibles car le symbole est fort et l’école a tout de même coûté 12 milliards de francs CFA. L’avenir économique du Gabon est tracé, reste à suivre une route qui ne sera pas toujours très facile à suivre.

0 Comments

Donner son avis