L’avocate d’Ali Bongo au secours du Président

Débats & Opinions, Le Gabon vu d'ailleurs

L’avocate d’Ali Bongo au secours du Président

Maître Claude Dumont-Beghi, avocate d’Ali Bongo Ondimba, prend la défense de son client dans un livre, « Le Gabon, de l’héritage au partage », qui paraitra le 7 juin dans la maison d’édition L’Archipel. L’avocate spécialiste des « successions difficiles » dit y déclarer la vérité sur la succession de l’héritage controversée d’Omar Bongo.

 

Me Dumont-Beghi publiera, le 7 juin, Le Gabon, de l’héritage au partage. Une meise au point qui sera « l’occasion de tordre le cou à tous les mensonges et toutes les manipulations en se fondant en droit sur les faits et les preuves formelles », explique l’avocate.  « Je vous ferai découvrir une réalité tout autre que celle distillée par les médias, le Net, les amuseurs publics, les usurpateurs, les provocateurs … et par la chaîne infinie des ignorants », écrit-elle.

 

Il y est question des plaintes à répétition de la famille Myboto. Claude Dumont Beghi expose ainsi les demandes financières d’Onaida Maisha Bongo – fille d’Omar Bongo et de Chantal Myboto et petite-fille de Zacharie Myboto, président du parti d’opposition Union nationale. « Une héritière parmi cinquante-quatre – qui a légitimement droit, selon le code gabonais, à moins de 2% de la succession de son défunt père – conteste seule la succession, la filiation de son demi-frère (…) », peut-on lire.  Rappelons que c’est elle qui avait remis en question la filiation du président à son père, contestant l’acte de naissance de celui-ci.

 

L’avocate y consacre aussi un passage sur le dérapage du Premier ministre français de Manuel Valls. Ce dernier avait affirmé lors d’une vive altercation avec l’humoriste Jérémy Ferrari sur le plateau de l’émission de variété populaire « On n’est pas couché » que le président gabonais n’avait pas été élu « comme on l’entend ». Elle lui explique : « Je pense que les excuses de Manuel Valls à Ali Bongo Ondimba lors de leur entrevue à Davos la semaine suivante ont apaisé la colère légitime du président gabonais, avant d’ajouter qu’elle regrette « la dénégation de l’évolution du Gabon. »

 

Ce plaidoyer enthousiaste traite ainsi de nombre des récentes crises de communication qu’a traversé le Président sortant au Gabon. Elles sont pour ‘avocate « montées en épingle » par l’opposition et la presse partisane. A quelques semaines du nouveau scrutin présidentiel, il est certain que ce soutien ravira Ali Bongo.

0 Comments

Donner son avis