Oye Mba appelle au rejet de la candidature d’Ali Bongo

Politique

Oye Mba appelle au rejet de la candidature d’Ali Bongo

Casimir Oyé Mba, lui-même candidat, a appelé samedi devant la presse tous les candidats de l’opposition à former un “syndicat” pour obtenir que le président sortant, Ali Bongo Ondimba, ne puisse pas concourir à sa propre succession lors de la présidentielle qui se tiendra dans deux mois.

 

Casimir Oyé Mbe, candidat investi de l’Union Nationale (UN) à l’élection présidentielle du 27 août prochain, a appelé tous les candidats à former une coalition pour faire invalider la candidature d’Ali Bongo. « J’ai saisi, par écrit, chacun des candidats déclarés à la prochaine élection présidentielle, afin que nous nous retrouvions. Je leur proposerai un ensemble d’actions communes devant rendre impossible la candidature d’Ali Bongo », a-t-il déclaré.

 

Cette polémique vient de doutes émis autour de l’état civil d’Ali Bongo Ondimba. Le document a fait été contesté devant le juge en France et au Gabon au cours de la dernière année. Elu à la présidence en 2009, après le décès de son père, Ali Bongo a été une seconde fois investi par le Parti démocrate gabonais (PDG) au sortir de son premier mandat. C’est cette candidature que l’opposant essaie d’empêcher.

 

L’article 10 de la Constitution gabonaise interdit en effet aux Gabonais ayant acquis la nationalité de briguer le fauteuil présidentiel. Oyé Mba se fonde sur une requête en justice par d’autres héritiers d’Omar Bongo prétendant que son fils ainé est en réalité adopté. Mais la partie n’est néanmoins pas gagnée pour l’impétueux champion de l’UN. La justice a en effet pour l’instant systématiquement écarté tous les demandeurs.

 

A ce propos, l’avocate du président gabonais, Me Claude Dumont Beghi, remettait d’ailleurs les pendules à l’heure sur RFI : « Lisez les décisions de justice et vous verrez qu’il n’y a aucune affaire concernant l’état civil du chef de l’Etat. Et puis vous avez sur internet l’acte de Nantes, lisez-le. Regardez s’il y a une quelconque rature, s’il y a un quelconque problème. Cet acte de naissance complet est entre les mains de l’autorité française qui a déjà répondu oui, c’est l’acte d’état civil du chef de l’Etat. »

0 Comments

Donner son avis