Situation préoccupante de l’Afrique centrale selon l’ONU

Actualités

Situation préoccupante de l’Afrique centrale selon l’ONU

L’Organisation des nations unies est attentive à tout ce qui se passe sur la planète et ne fait pas qu’essayer de résoudre des situations conflictuelles. Une majeure partie de son travail consiste à prévenir des problèmes et dangers qui menacent. C’est du moins l’objectif du tout nouveau rapport sur l’Etat de l’Afrique centrale que vient de présenter Abdoulaye Bathily à New York.

 

C’est au siège des nations unies qu’Abdoulaye Bathily, le représentant du secrétaire général de l’Onu en Afrique centrale a présenté le rapport de l’organisation sur l’état de la sous-région. Le 10e rapport du nom souligne gravement les menaces économiques et sécuritaires qui pèsent sur la sous-région. Long de 95 points, il est découpé par thèmes puis fait un point sur les différents pays. Rien n’échappe à l’œil avisé des experts de l’ONU et il en ressort que la situation globale de l’Afrique centrale est très difficile.

 

Parmi les points délicats, le représentant des nations unies affirme que « la situation politique dans la sous-région a continué d’être dominée par des processus électoraux qui ont souvent fait apparaître des tensions ». Ce dernier appelle tous les acteurs politique au dialogue afin de privilégier des solutions négociées et de ne pas sombrer dans des guerres intestines qui peuvent déboucher sur de véritables conflits armés. On pense notamment au macabre exemple burundais où la guerre civile frappe depuis plus d’un an déjà.

 

Les préoccupations de l’ONU concernent également la situation sécuritaire critique dans certains pays de la région en raison des exactions commises par Boko Haram et l’Armée de résistance du Seigneur. Les difficultés sont « multiformes » et pèsent en partie sur les droits de l’homme dont la dégradation est perceptible comme au Tchad. Enfin, la situation économique – qui est liée à la situation sécuritaire – est décrite comme difficile. « Les difficultés économiques ont entraîné des rétractations dans le domaine des activités commerciales, des réductions des subventions et des problèmes dans le paiement des salaires». L’Afrique centrale traverse une crise protéiforme qui devra être réglée par les pays concernés avec l’aide de leurs partenaires pour ne pas tomber dans un chaos généralisé.

0 Comments

Donner son avis