Veolia veut prolonger son partenariat avec le Gabon

Economie

Veolia veut prolonger son partenariat avec le Gabon

La République Gabonaise et le Groupe Veolia ont décidé de refonder leur partenariat à l’issue de la concession en cours, afin de délivrer au peuple gabonais « l’électricité et l’eau pour tous » aux meilleures conditions.

 

Un an avant le terme de la concession de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), le groupe de services aux collectivités Veolia a annoncé vendredi une « refondation » de son partenariat avec le Gabon. A cette fin, les deux parties ont entamé des négociations, afin de revoir les contours de leur union. Le partenariat innovant qui en résultera, visera notamment à augmenter encore le taux de desserte et à améliorer la satisfaction des clients, tant en matière d’électricité que d’eau potable.

 

Pour l’instant, les pourparlers sont en bonne voir : le Ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, Guy-Bertrand Mapangou, s’est déjà félicite « de la signature de ce protocole qui engage les deux parties dans la voie de la satisfaction des besoins en matière de fourniture d’eau et d’électricité de la population gabonaise. Cet engagement répond à la volonté du Président de la République de satisfaire au mieux les besoins de ses compatriotes afin d’améliorer leur bien-être et de changer leur vie. » Pour le Ministre, il s’agit les d’établir « un bilan financier et technique » de la concession qui s’achève.

 

La concession nationale de l’eau et de l’électricité a été partiellement attribuée au groupe français en 1997. Cet accord a mené à la création de la SEEG (51 % pour Veolia, 49 % pour le Gabon). CE contrat s’achève au second semestre 2017. Les autorités souhaitent un nouveau cadre qui devrait être un nouveau partenariat public-privé, et Veolia a offert de pousser l’union plus loin.

 

« Le Gabon est aujourd’hui le champion d’Afrique en matière d’énergie et d’électricité, la population desservie a triplé en 20 ans [l’accès à l’électricité atteint 89 %, précise le groupe]. Les autorités souhaitent donc aller plus loin et même proposer les services de la société à d’autres pays, à commencer par la sous-région » explique Veolia dans un communiqué. Le groupe serait en effet bien bête de ne pas vouloir bénéficier de ce dynamisme.

0 Comments

Donner son avis