La phase 1 de l’interconnexion Gabon/Congo presque achevée

Actualités

La phase 1 de l’interconnexion Gabon/Congo presque achevée

Seuls 10 km séparant encore le Gabon et le Congo. La première phase du chantier de déploiement de 504 km de fibre optique entre le Gabon et le Congo sera terminée dans deux semaines selon les estimations.

 

Les travaux d’interconnexion du Gabon et du Congo à la fibre optique dans le cadre du projet Central African Backbone (CAB 4) suivent leur cours. On apprend cette semaine qu’il ne reste que 10 km de fibre optique à installer pour achever la première phase du chantier de déploiement de l’interconnexion Gabon/Congo. Les travaux auront couté le montant de 12,14 milliards de francs CFA.

 

Le ministre congolais des Postes et Télécommunications Léon Juste Ibombo, au terme d’une visite de terrain qui a effectué le 14 juillet 2016 sur le site d’installation du réseau Pointe-Noire – Mbinda a fait part de son enthousiasme : « Mes premières impressions sont très bonnes. C’est un projet très intégrateur qui permettra non seulement de relier de Congo au Gabon, d’avoir une sortie avec la fibre optique, et surtout de créer 450 emplois. »

 

Selon le coordonnateur du projet, Yvon-Didier Miehakanda, et au terme d’une mission de contrôle, les principaux acteurs du projet, notamment les membres du pilotage des travaux et les représentants des deux pays les travaux de la première phase de l’installation de la fibre optique seront achevés dans deux semaines. La seconde phase du projet, la fourniture des équipements techniques, devrait démarrer en octobre ou novembre prochain.

 

Le déploiement de la fibre optique, à travers le Congo, depuis la ville de Pointe-Noire, pour interconnecter le pays au Gabon, a débuté en juin 2015. Le projet entre dans le cadre de l’initiative Central Africa Backbone (CAB), le réseau de fibre optique d’Afrique centrale, destinée à réduire la fracture numérique au sein des nations interconnectées, faciliter l’échange d’informations, susciter la création d’opportunités économiques pour les populations, renforcer l’intégration sous-régionale.

 

Pour rappel, c’est la société chinoise Huawei qui a été choisie pour les travaux de construction du réseau de télécommunication.

0 Comments

Donner son avis