CAN 2017 : des fans-zones au Gabon ?

Sport

CAN 2017 : des fans-zones au Gabon ?

A l’occasion de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2017) qui se déroulera du 14 janvier au 5 février prochains au Gabon, la Confédération africaine de football envisage d’aménager fans-zones – soit des zones d’accès libre et gratuit où les matches seront diffusés pour les supporters sur des écrans géants.

 

Un gros cadeau prévu pour les supporters de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN 2017). En effet, la CAF a annoncé avoir décidé de créer des fans-zones, c’est-à-dire de grands espaces publics et gratuits où des milliers de fans se rassemblent pour suivre le match sur un grand écran, où on trouve à boire et à manger. « Nous pensons que Libreville et Port Gentil vont en accueillir », a confirmé le secrétaire général de la CAF, Hicham El Amrani, à la BBC. « En termes de taille de population, ces villes ont du sens. Nous voulons qu’une atmosphère de fête soit établie ici. »

 

La CAF espérait en effet déjà mettre en place un tel dispositif lors de la CAN 2015. Cependant, le Maroc a finalement renoncé à organiser les épreuves en raison de la menace incarnée par le virus Ebola et c’est la Guinée-Equatoriale a dû assurer leur l’organisation de la compétition à 64 jours du coup d’envoi. Après la franche réussite de leur mise en place lors de l’Euro 2016 en France, la CAF s’est montrée très enthousiaste à l’idée des fan-zones, et a exhumé e projet.

 

Ces zones bénéficieraient grandement aux commerces locaux qui s’y installeraient et assureront une liesse générale pour la prochaine CAN. En raison de leur taille moins importante, les villes de Franceville et Oyem, qui vont également accueillir la compétition, ne devraient en revanche pas bénéficier d’un tel dispositif. La CAF craint tout que la mise en place de fans-zones dans des villes de taille plus réduite provoquent une baisse de l’affluence dans les stades.

Commentaires

  1. pamphil dit :

    Le championnat national de cyclisme reporté en septembre prochain

    Cyclisme. Programmé en juin dernier, le championnat national, qui n’a pas pu se disputer ce mois de juillet en cours, a été reporté au mois de septembre prochain, par la Fédération gabonaise de cyclisme, a expliqué hier, Maurice Nazaire Embinga, le président de la FEGACY.

    Le visage du président de la Fédération gabonaise de cyclisme n’était pas celui des beaux jours hier. C’est avec une certaine petite pointe de déception, qu’il a annoncé à la presse que le championnat national de cyclisme, a été définitivement reporté au mois de septembre prochain.
    Les cyclistes et leurs encadreurs qui s’étaient habitués depuis quelques années à disputer le championnat national en juin, vont devoir prendre leur mal en patience.
    « Le championnat national de cyclisme est une exigence de l’Union cycliste internationale (UCI), à toutes les fédérations affiliées. Mais en ce moment nous avons des retards sur les décaissements, vous savez qu’il y a toujours des retards, dus souvent aux lenteurs administratifs. On sera obligé de l’organiser au mois de septembre », a expliqué Maurice Nazaire Embinga, soulignant qu’il a pris la précaution de prévenir de l’UCI que le championnat national gabonais de cyclisme ne pourra plus se disputer ni en juin, ni en juillet, faute de moyens financiers, mais en septembre.
    Ce championnat pourra être un bon galop d’essai pour les coureurs avant qu’ils n’enfourchent leur vélo pour la Tropicale Amissa Bongo 2017. « J’avais demandé le report de cette compétition en septembre prochain à l’UCI, qui a accepté sans problème. Mais je pense qu’avant d’aller à la Tropicale Amissa Bongo, nous devons organiser ce championnat pour avoir le champion du pays. C’est ce champion national qui va maintenant participer en complétion internationale, et donc à la Tropicale, avec le maillot de champion du Gabon sur les épaules. La France, par exemple organise son championnat national juste avant que ses coureurs ne participent au Tour de France », a réitéré Maurice Nazaire Embinga.
    Le président fédéral a expliqué qu’en dépit de la durée du retard pris dans les décaissements de la subvention publique allouée à la FEGACY pour cette compétition nationale, elle aura lieu.
    Pour l’heure, a souligné le président Embinga, les coureurs et leurs encadreurs techniques n’auront pas le temps de gamberger d’ici septembre. Les cyclistes gabonais doit honorer trois invitations venues de pays amis. « Nous avons trois invitations, une compétition au Rwanda, en Côte d’Ivoire et une autre Burkina Faso. Et quand il y a des invitations de ce genre, nous devons les honorer », s’est-il félicité.

  2. JEAN dit :

    La Confédération africaine de football satisfaite du niveau des préparatifs

    Football. La Confédération africaine de football (CAF), a exprimé sa satisfaction au cours de la conférence de presse qu’elle a organisé lundi 25 juillet, à Libreville, axé sur le bilan de sa seconde visite d’inspection des sites hospitaliers, hôteliers et sportifs, retenus pour la Coupe d’Afrique des nations 2017.

    La seconde visite des structures hospitalières, hôtelières et sportives retenues pour la Coupe d’Afrique des nations par les experts de la Confédération africaine de football 2017, effectuée du 17 au 25 juillet 2016, s’est achevée sur une note de satisfaction. Ce sentiment de satisfaction est la conséquence du niveau d’avancement, du rythme, de la qualité des travaux et de l’implication des autorités, par rapport au cahier de charges exigé par la CAF.
    Les structures hospitalières de référence sont des réalités indéniables dans les quatre provinces hôtes de la compétition. Quant aux infrastructures hôtelières de grands standings visités, elles ont-elles aussi ravi la délégation de la Confédération africaine, conduite par Almamy Kabele Camara. Sur le volet hôtelier, il reste juste quelques travaux de réfection à effectuer, pour que la CAF se frotte véritablement les mains. Ces travaux seront fini en septembre prochain, indique l’Agence nationale des grands travaux (ANGT), qui gère de façon globale, ces chantiers.
    Les infrastructures sportives apparaissent comme le domaine où il y a encore beaucoup à faire, notamment aux stades omnisport Omar Bongo, de Port-Gentil et d’Oyem, même si on peut d’ores et déjà s’avancer à dire que les délais de livraison seront tenus.
    Les terrains d’entraînement qui subissent pour la plupart d’entre eux à Franceville, à Bongoville, à Port-Gentil, à Oyem, et à Bitam, une cure de jouvence, ne sont pas encore terminés. Mais cela n’inspire aucune inquiétude du côté de la CAF, car les délais de livraison sont bien partis pour être respectés.
    Si les travaux d’assainissement, et d’adduction d’eau sont en cours, il reste que la construction des voies d’accès, des parkings et des espaces verts, autour des stades de grande capacité, est encore à ses débuts. Il faudra à un moment donné, accélérer leur vitesse d’exécution.
    Il ne fait donc aucun doute que qu’u mois de septembre prochain, au cours de la 3ème visite, la CAF pourra mieux mesurer le niveau d’avancement des chantiers en réfection ou en construction. Mais en aucun moment, le vice-président de la CAF, Almamy Kabele Camara, qui a conduit la mission, n’a douté du respect du délai de livraison annoncé par le COCAN Gabon.
    Pour lui, la CAN Total 2017, est plus que jamais une réalité au Gabon, au regard des enseignements qu’il tire de sa mission au Gabon. Pour clôturer son intervention, l’émissaire de la CAF s’est félicité de l’implication et de l’abnégation du COCAN Gabon et des autorités gabonaises dans le projet.
    Fort des acquis de la co-organisation de la CAN 2012, le l’émissaire de la CAF s’est dit persuadé que la CAN 2017 sera une fois de plus un moment faste du football africain.

Donner son avis