Samuel Mebiame, fils d’un ancien Premier ministre gabonais, arrêté à New York

Actualités

Samuel Mebiame, fils d’un ancien Premier ministre gabonais, arrêté à New York

Samuel Mebiame, ancien de la société Och-Ziff Africa Management Ltd., a été arrêté mardi aux États-Unis. Ce fils de l’ancien Premier ministre du Gabon entre 1975 et 1990, Léon Mebiame, est accusé d’avoir versé des pots-de-vin à des personnalités nigériennes, guinéennes et tchadiennes.

 

Samuel Mebiame a été interpelé à Brooklyn (New York) le mardi dernier par des officiers fédéraux américains. Une plainte pénale a été déposée contre lui auprès des juridictions pénales fédérales aux Etats Unis. Selon ce document, l’arrestation s’inscrit dans le contexte d’une enquête pénale de grande envergure impliquant un fonds d’investissement américain L’entrepreneur gabonais, fils de l’ancien Premier ministre Léon Mebiame, est soupçonné de corruption pour l’obtention de concessions minières.

 

C’est le « New York Times » et le « Wall Street Journal » qui ont rendu cette arrestation publique. Selon les deux journaux américains, Samuel Mebiame « se serait livré à des actes récurrents de corruption sur des personnalités originaires d’Afrique notamment nigériennes, guinéennes et tchadiennes. » Parmi les chefs d’accusation, la presse américiane vise notamment le versement de « pots-de-vin » pour l’obtention de concessions minières pour une structure américaine.

 

Les transactions (e fonds financiers, la fourniture de voitures et le règlement des frais juridiques) auraient été effectuées pour le compte de fonds spéculatifs dont Och-Ziff Capital Management Group et îles Turks-et-Caïcos, une compagnie enregistrée sur le territoire britannique des Caraïbes. M Mebiame aurait joué le rôle de consultant et arrangeur dans ces versements frauduleux. On apprend par ailleurs la société américaine Och-Ziff a mis de côté 414 millions de dolalrs afin d’essayer de conclure un accord à l’amiable avec la justice américaine afin de mettre fin à une enquête de cinq ans.

 

Le Gouvernement de la Guinée et les autorités judiciaires pénales guinéennes se sont d’ores et déjà engagées à fournir toute l’aide nécessaire afin d’aider les autorités américaines à faire la lumière sur ces allégations.

0 Comments

Donner son avis