L’union nationale dans une mauvaise passe après le départ de de Mike Jocktane

Gabon Life

L’union nationale dans une mauvaise passe après le départ de de Mike Jocktane

Mike Jocktane a démissionné de son poste de vice-Président du principal parti d’opposition, l’Union Nationale. Il dénonce une dérive autoritaire des institutions du parti et un manque de vision.

 

Le vice-président de l’Union Nationale (UN) claque la porte. Si la rupture avec d’autres ténors de la formation d’opposition était de plus en plus apparente depuis qu’il avait répondu favorablement à la demande du pouvoir en place de prendre part aux assises d’Angondjé, ce départ prive l’UN d’une de ses plus charismatiques figures. S’il avait jusqu’alors été silencieux quant aux attaques dont il faisait l’objet, l’homme de Dieu s’est offert un départ en fanfare.

 

« J’ai cru en cette vision et donc je m’y suis consacré sans calculs, avec fidélité, courage, abnégation et foi. Huit ans après ma déception est grande de constater que les vieux réflexes que nous condamnions ont repris le dessus et que l’Union Nationale s’est éloigné de notre idéal de départ », écrit-il dans le courrier qui justifie son départ. Il dénonce en outre des méthodes qu’il juge « archaïques » et un « manque d’esprit démocratique » qui « empêchent la modernisation du parti. »

 

Il était sous le coup d’une procédure disciplinaire pour avoir décidé de prendre part au dialogue nationale à l’invite d’Ali Bongo Ondimba. Une décision qu’il dit assumer pleinement : « J’ai pensé que par exemple que le dialogue est une opportunité unique de progrès démocratique pour notre pays et que sans se renier, nous devons la saisir. Le président Myboto quant à lui, a opté pour une posture radicale mais qui depuis là maintient le parti dans l’immobilisme. »

 

Au cœur de tensions, le refus du chef de file de l’UN, tout comme Jean Ping, de reconnaitre la victoire d’Ali Bongo à la dernière présidentielle. Mike Jocktane estime que ni la stratégie imposée par le directoire de l’Union nationale, ni la posture radicale de Zacharie Myboto ne peuvent offrir un horizon viable au Gabon. Lui veut tourner la page des présidentielles, et avancer pour offir aux gabonais et gabonaises « un avenir radieux, gorgé d’espérance ».

 

Jocktane œuvre désormais à création d’une autre formation, qui devrait être baptisée Le Gabon nouveau où il compte unir les mécontents de l’UN, comme l’actuelle ministre de l’Économie forestière, de la Pêche et de l’Environnement, Estelle Ondo.

0 Comments

Donner son avis