Jean Ping appelle les gabonais à la désobéissance civile dans une adresse à la nation

Débats & Opinions

Jean Ping appelle les gabonais à la désobéissance civile dans une adresse à la nation

Alors qu’Ali Bongo Ondiba est entrain de former un nouveau gouvernement afin de sortir le pays de la crise politique qu’l traverse depuis la dernière présidentielle, son rival impénitent, Jean Ping a annoncé ne plus vouloir « retenir » le peuple gabonais qui voudrait se soulever.

 

L’opposant Jean Ping, qui se revendique « président élu » du Gabon, a demandé vendredi aux Gabonais « de se lever comme un seul homme pour marquer solennellement (son) arrivée au pouvoir ». « A partir de ce jour, je ne vous retiens plus », a déclaré Jean Ping dans un message à la Nation envoyé à l’AFP par sa cellule de communication. Un cap est ainsi franchi dans la lutte pour faire reconnaitre ce qu’il estime être sa victoire lors des présidentielles de l’an dernier contre Ali Bongo Ondimba (ABO), arrivé en tête grâce à un score sans précédent dans sa région de naissance.

 

Pour autant, le candidat malheureux se garde d’appeler à la violence, lui préférant la désobéissance civile : « Dans cet esprit, je vous enjoins d’organiser, dès aujourd’hui et sans limite, jusqu’au départ des putschistes, toute manifestation civique conforme aux droits à la libre expression, à la liberté de manifester, et aux droits fondamentaux prescrits par la Constitution ». Pour rappel, la Cour constitutionnelle avait validé la réélection d’ABO et rejeté le recours de son adversaire. Cependant, une mission d’observation électorale de l’Union européenne avait estimé que l’élection présentait des « anomalies » mettant « en question l’intégrité du processus ».

 

L’appel n’a pas manqué de susciter l’indignation du parti au pouvoir. « Le parti démocratique gabonais condamne avec la plus grande énergie les appels à la désobéissance civile lancés par monsieur Jean Ping, acte hautement reprochable, inacceptable et à l’encontre de l’intérêt supérieur de la Nation », a réagi le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha. Le parti estime que ces appels constituent des « actes hautement reprochables, inacceptables et à l’encontre de l’intérêt supérieur de la nation ». Aussi, le Ministre a mis en gardetous ceux qui « tenteraient de défier l’autorité de l’Etat (…) sous peine de voir opposés à eux les affres de la loi. »

0 Comments

Donner son avis