Bruno Ben Moubamba s’ouvre sur son éviction

Politique

Bruno Ben Moubamba s’ouvre sur son éviction

Bruno Ben Moubamba, récemment éconduit de l’équipe ministérielle d’ouverture nationale, s’est expliqué sur son limogeage dans une conférence de presse. D’après lui, il serait victime complots pour fomenter sa chute par des « amis d’Ali Bongo » qui voulaient s’enrichir « au détriment de la Terre gabonaise ».

 

Bruno Ben Moubamba, président de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR) n’aura finalement pas fait long feu dans l’équipe ministérielle d’ouverture promise par le Président de la république Ali Bongo Ondimba. S’il revendique une « alliance toujours intacte » avec le pouvoir en place, il accuse nommément le premier ministre, Franck Emmanuel Issoze Ngondet d’avoir spolié ses compétences au côté « des amis d’Ali Bongo ».

 

Bruno Ben Moubamba a en effet livré sur RFI sa part de vérité sur son éviction, d’après lui longtemps préméditée par le clan Bongo : « En réalité j’ai poussé le Premier ministre à m’évincer parce que je n’étais pas d’accord avec un certain nombre de décisions, notamment une circulaire par laquelle il s’arroge des pouvoirs des directions du ressort de deux ministères-clés. D’abord le ministère de l’Habitat. Ensuite il s’empare des assurances, il s’empare des domaines, des opérations foncières et également d’un certain nombre de directions liées au ministère de l’Economie. »

 

Selon lui, son éviction est avant tout le fait du chef de la majorité : « J’ai eu connaissance d’un décret qui circulait sous cape, ce décret n’a pas été adopté en Conseil des ministres, il était tout à fait une sorte de décret fantôme. Il n’y a pas eu en réalité des négociations entre les ministres impactés. Le Premier ministre n’a pas respecté la loi, voilà pourquoi je me suis cru le devoir de protéger le gouvernement en poussant le Premier ministre dans ses retranchements. » Sans détour, Bruno Ben Moubamba a tiré à boulet rouge contre Issozé Ngondet dans son entretien radio.

 

« La présence des adversaires du développement du Gabon est forte au sein du gouvernement », a déploré le président de l’Alliance pour le changement et la restauration, en fonçant le clou. Depuis ma nomination, a affirmé Moubamba. « J’ai déjoué et bloqué de nombreux trafics fonciers, empêchant certains de s’enrichir de façon démesurée au détriment de la Terre gabonaise ».

 

Dans le gouvernement remanié le 21 août dernier, Guy-Maixent Mamiaka a été nommé ministre délégué auprès du premier ministre, chef du gouvernement, chargé des affaires foncières et du domaine public.

0 Comments

Donner son avis