Un redécoupage sénatorial polémique

Débats & Opinions

Un redécoupage sénatorial polémique

Le nombre de sénateurs passe de 102 à 52, soit une diminution d’environs 50 pourcent des effectifs, afin de réduire le budget national.

 

Le Gabon continue les plans de restructuration afin d’alléger le budget national. Après avoir fait passer le nombre de députés de 120 à 143, le gouvernement gabonais a annoncé hier un projet d’ordonnance qui réduirait de près de moitié le nombre de sénateurs. Au terme de cette réforme, le Sénat ne comptera plus que 52 membres d’après le porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze. « Le nombre de sénateurs sera réduit de 50%. Donc il y aura moins de parlementaires dans le pays et donc le budget sera réduit », a-t-il précisé.

 

Ce dernier a expliqué les fondements de ce nouveau découpage : « Il ne s’agit pas de tenir compte ici de la démographie ou de l’étendue. La base c’est le département. Nous avons 48 départements : c’est la raison pour laquelle, certaines provinces qui ont plus de départements ont plus de sénateurs que d’autres. Mais c’était une base qui nous paraissait la seule légitime pour assoir des élus sans contestation ».

 

Cette réforme est issue des recommandations du Dialogue politique d’union nationale organisé par le Président de la République Ali Bongo Ondimba au lendemain des présidentielles afin d’apaiser le pays. L’opposition demandait en effet une réduction du train de vie de l’Etat. La requête ne date pas d’hier : il s’agit d’un des chevaux de bataille de l’opposant historique Pierre Mamboundou – qui lui voulait une suppression totale de la chambre basse. Le gouvernement aura finalement choisi de couper la poire en deux.

 

Certains n’ont toutefois pas accueilli la réforme favorablement. « Il s’agit d’une diversion, d’une côte mal taillée que la Coalition pour la nouvelle République à laquelle appartient notre parti n’acceptera jamais », a notamment déclaré M. Barro Chambrier, ex ministre du Pétrole et ancien député. « C’est un petit calcul politicien pour favoriser les provinces qui ont plus de départements au détriment des localités et provinces plus peuplées », a-t-il dénoncé.

 

Pour Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, porte-parole de la Coalition pour la nouvelle République, « ces mesures ne sont que de la décoration. » « Nous avons déjà du retard dans la préparation des législatives qui doivent avoir lieu dans deux mois au plus tard, et le gouvernement se projette vers des scrutins qui auront lieux dans plusieurs années » poursuit-il.

 

Voici la nouvelle répartition nationale du nombre de sénateurs :

  • Province de l’Estuaire : 8 sénateurs
  • Province du Haut-Ogooué : 11 sénateurs
  • Province du Moyen-Ogooué : 2 sénateurs
  • Province de la Ngounié : 9 sénateurs
  • Province de la Nyanga : 6 sénateurs
  • Province de l’Ogooué-Ivindo : 4 sénateurs
  • Province de l’Ogooué-Lolo : 4 sénateurs
  • Province de l’Ogooué-Maritime : 3 sénateurs
  • Province du Woleu-Ntem : 5 sénateurs

 

Actuellement dirigée par Lucie Milebou Aubusson, la chambre haute du parlement gabonais est contrôlée par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) avec plus de 90 sénateurs – sur 102 membres.

0 Comments

Donner son avis