Une société indonésienne s’associe à l’état afin de développer un projet touristique au Cap Estérias

Economie

Une société indonésienne s’associe à l’état afin de développer un projet touristique au Cap Estérias

A l’occasion du récent Forum des fonds souverains des Etats membres de la Banque islamique de développement (BID), une société publique indonésienne spécialisée dans la promotion touristique s’est associée avec le Fonds Gabonais d’Investissements stratégiques pour lancer un programme touristique urbain d’environ 1 000 hectares aux abords de l’Arboretum Raponda Walker au nord de Libreville.

 

En marge du 4ème Forum des fonds souverains des Etats membres de la Banque islamique de développement (BID), qui se tenait à Libreville, le Gabon a trouvé un nouveau partenaire pour promouvoir son secteur touristique. Indonesia Tourism development Corporation (ITDC), société publique indonésienne qui donne dans le tourisme de marque depuis plus de 40 ans, vient de conclure avec le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), un accord de partenariat visant la promotion de la destination Gabon dans le monde.

 

La convention porte sur le lancement d’un site touristique urbain d’une superficie de 1 000 hectares près de l’Arboretum Raponda Walker situé au de Libreville. C’est la conclusion de négociations marathon engagées à Bali en 2017 lors de la 3ème édition de ce forum. « Ce projet vise à positionner le Gabon comme une destination de référence en matière de tourisme durable et se veut générateur d’emplois », précise le communiqué du FGIS publié mardi.

 

Serge Thierry Mickoto, administrateur-directeur général du FGIS, s’est dit « heureux de pouvoir signer ces conventions » qui donnent un nouvel élan « à la réalisation de nos projets urbains ». Ce projet « donne un nouvel élan dans la réalisation de nos projets urbains (…) tout en cadrant avec les objectifs du Plan de relance de l’économie Gabonaise » a-t-il poursuivi. Ce dernier est au cœur de la stratégie de diversification de l’économie gabonaise, chère à notre président.

 

Pour rappel, le FGIS a été créé en 2012 afin d’aider le Gabon à développer de nouvelles filières capables de générer suffisamment de revenus pour se substituer à ceux tirés de la production de pétrole.

0 Comments

Donner son avis