Un budget prévisionnel 2019 en baisse

Uncategorized

Un budget prévisionnel 2019 en baisse

Le ministre gabonais du Budget, Jean-Fidèle Otandault, a présenté le budget prévisionnel 2019 en Conseil des ministre. Le texte prévoit une baisse de 3,8 % par rapport à 2018 et se veut être rassurant pour les investisseurs et observateurs du monde économico-financier. C’est la confiance qui est recherchée par un budget qui promet d’être à l’équilibre.

 

Si le temps n’est pas à la rigueur au Gabon, il est au moins fixé sur le sérieux budgétaire. Le texte présenté en Conseil des ministres et en présence du président de la République, Ali Bongo Odimba, se veut être un modèle de bonne gestion avec une baisse prévue de 3,8 % par rapport au budget 2018. Dans le détail, ce sont 2 806,9 milliards de francs CFA qui seront sur la table en 2019, soit une baisse de 111 milliards par rapport à 2018. Un différentiel qui est dû à une diminution attendue des ressources de financement et de trésorerie même si les recettes budgétaires doivent augmenter de 108,1 milliards de francs.

 

Le mot d’ordre à retenir est la maîtrise des dépenses. Le Gabon souhaite assainir ses finances et s’est déjà engagé sur cette voie avec quatorze mesures adoptées en juin dernier. La masse salariale des fonctionnaires est ciblée via notamment un gel des recrutements pendant trois ans et une baisse des revenus de certains agents. Une bonne gestion de ses ressources signifie un budget aux marges de manœuvre plus grandes et des investisseurs et organismes internationaux plus à l’écoute. L’évolution positive de la notation de la dette souveraine par l’agence américaine Fitch a consacré une ligne économique voulue par les plus hautes autorités de l’Etat malgré les sacrifices que cela peut engendrer dans un premier temps.

 

Le terme rigueur ne colle pas bien à la réalité gabonaise, car les dépenses d’investissements vont augmenter de 20 % par rapport à l’exercice actuel. « L’ensemble de ces ressources serait principalement orienté vers la relance des chantiers à l’arrêt, l’amélioration du système éducatif, de l’offre de santé ainsi que la lutte contre la précarité et les inégalités » peut-on lire dans le texte présenté par le ministre du Budget. Un texte qui ne précise pas le PIB attendu pour 2019. Selon le FMI, il devrait être de l’ordre de 3,4 % soit une hausse significative par rapport à 2017 (0,5 %) et 2018 (2 %). Le Gabon semble être sur la bonne voie et peut attendre avec une certaine confiance les fruits de ses efforts.

0 Comments

Donner son avis