Législatives : quel bilan et quelles perspectives ?

Politique

Législatives : quel bilan et quelles perspectives ?

Le second tour des élections législatives a confirmé la forte tendance du premier tour. Le Parti Démocratique Gabonais conforte sa majorité et laisse entrer au Parlement une opposition peu nombreuse et divisée. Le président Ali Bongo Odimba a plus que jamais toutes les cartes en main pour mener sa politique, mais la défiance des électeurs exprimée par un taux de participation faible doit être prise en compte afin de ne pas se couper des Gabonais.

 

Ils seront donc 98 à porter les couleurs du Parti Démocratique Gabonais (PDG) dans la nouvelle Assemblée. Les 73 députés PDG élus à l’issue du premier tour ont été rejoints par 25 autres sortis vainqueurs du deuxième tour. Ainsi, le parti au pouvoir a gagné environ 40 % des 59 sièges qui restaient en jeu au deuxième tour. Un score qui confirme la forte domination du PDG sur l’Assemblée nationale.

 

L’opposition arrive à l’Assemblée en faible nombre avec seulement 17 sièges. Le travail d’opposition sera difficile à faire d’autant que les députés d’opposition appartiennent à différents partis. Onze pour Les Démocrates (principale force d’opposition), quatre pour le Rassemblement Héritage et modernité et seulement deux pour l’Union nationale. Autre fait majeur de ce scrutin, aucun des leaders de l’opposition n’a réussi à convaincre une majorité d’électeurs dans la circonscription où ils s’étaient présentés. Cela laisse présager d’une difficulté supplémentaire pour que les oppositions se fassent entendre à moins que de nouvelles figures ne s’imposent sur le devant de la scène politique.

 

Si le scrutin est un succès pour le PDG, les conclusions sont différentes pour ce qui est de la participation. Le taux d’abstention a été plus fort qu’au premier tour et le 5e arrondissement de Libreville détient certainement un record national avec seulement 9,63 % des électeurs inscrits qui se sont rendus dans les bureaux de vote. Le pouvoir n’a pas écarté d’un revers de main cette donnée, mais a rappelé une fois encore que la tenue en parallèle des élections locales avait certainement perturbé les électeurs.

 

L’opposition ne partage pas ce point de vue et de nombreux leaders ont appelé à un boycott des élections. Le fort taux d’abstention montre que leur appel a été entendu. C’est pourquoi la majorité renouvelée devra prendre en compte des millions de voix dans le pays qui ont préféré se taire plutôt que de participer à un scrutin démocratique. Un certain malaise existe et il ne faudra pas l’oublier malgré l’ampleur de la victoire du PDG.

0 Comments

Donner son avis