Le FMI salue l’évolution économique gabonaise

Economie

Le FMI salue l’évolution économique gabonaise

L’économie gabonaise est sur la bonne voie. L’annonce n’est pas du fait du gouvernement, mais est une conclusion de la mission du Fonds Monétaire International au Gabon. Du 7 au 16 novembre, les équipes de Boileau Yeyinou Loko ont dressé le second bilan d’étape du programme triennal de réformes menée sous la houlette du FMI. Le bilan est positif même si des efforts complémentaires vont devoir être faits pour débloquer une nouvelle tranche d’aide de 300 milliards Fcfa.

 

Loin des vicissitudes relatives à l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba, le gouvernement gabonais peut se réjouir des conclusions de la mission d’évaluation envoyée par le Fonds Monétaire Internationale. A l’issue de dix jours de travaux, le chef de la mission, Boileau Yeyinou Loko a déclaré que les « repères et cibles du programme ont été atteints. Et qu’une grande partie des réformes structurelles a été mise en œuvre ». Si des « progrès importants ont été faits », la partie n’est pas encore gagnée dans la mesure où tous les conseils du FMI doivent être mis en pratique. Ainsi des efforts sont attendus pour développer les secteurs non pétroliers de l’économie.

 

En effet, l’or noir a beau tendre à la hausse, les incertitudes au niveau mondial ont montré que s’appuyer sur cette seule ressource constituait une faiblesse importante. De manière concomitante à l’entrée en vigueur de nouvelles réformes, le FMI doit décider en décembre si la seconde tranche d’aide (300 milliards de Fcfa) sera débloquée en faveur du gouvernement gabonais. Ce dernier, par l’intermédiaire de Jean-Fidèle Otandault, ministre du Budget et des Comptes publics se montre confiant. « Nous avons bon espoir que le mois prochain, le dossier Gabon soit approuvé par le Conseil d’administration. Nous sommes heureux des conclusions de cette mission, mais surtout heureux de voir que les mesures que nous avons prises et que les efforts que nous accomplissons depuis des années commencent  à porter leurs fruits pour notre économie » a déclaré le ministre.

 

Les observateurs portent également leur regard sur les perspectives de croissance économique qui doivent donner corps aux déclarations positives du FMI et du gouvernement. Selon Boileau Yeyinou Loko, la croissance pourrait atteindre « 5 % sur les deux ou trois ans ». Reste à le démontrer au cours des prochains mois. Si cette perspective est atteinte, nul doute que le gouvernement aura un bilan économique positif à faire valoir lors des prochaines échéances électorales.

0 Comments

Donner son avis