Victoire définitive du PDG aux législatives

Politique

Victoire définitive du PDG aux législatives

La Cour constitutionnelle vient de clore les législatives en proclamant officiellement les résultats dans la nuit du jeudi 27 décembre. Sans surprise, le Parti démocratique gabonais rafle la mise bien aidé par une forte abstention dans les rangs de l’opposition. Le gouvernement est donc appelé à démissionner afin de laisser la place à une nouvelle équipe. Les prochains jours devraient être intenses en tractations afin de préserver son poste pour les ministres et en arracher un pour les figures de la majorité restée jusque-là en dehors de l’exécutif.

 

Les élections législatives du 6 et 27 octobre ont donc débouché sur un raz-de-marée en faveur du PDG. Sur les 143 sièges en jeu, seuls 17 ont été remportés par l’opposition. Un score famélique qui s’explique par l’éparpillement des partis d’opposition et la forte abstention qui a touché principalement leur électorat. L’appel de Jean Ping à ne pas se rendre aux bureaux de vote a été entendu avec une participation qui n’a même pas atteint la barre des 30 % dans certaines circonscriptions.

 

L’opposition a ainsi démontré sa force, mais elle a par la même occasion laissé le champ libre aux candidats du PDG. La Cour constitutionnelle a validé tous les résultats sauf ceux de huit circonscriptions où le scrutin a été invalidé après le dépôt d’un recours. Une douzaine d’autres recours avaient été déposés, mais la Cour constitutionnel a jugé que l’élection s’était faite dans le respect des règles. La nouvelle Chambre sera convoquée en session plénière le 11 janvier prochain et les députés devront élire le nouveau président de l’Assemblée nationale. Les jeux politiques vont battre leur plein au sein du PDG afin d’obtenir les places les plus en vue.

 

La même chose devrait avoir lieu au sein de l’exécutif. La présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo, a en effet rappelé que le gouvernement était légalement tenu de démissionner avant la formation d’une nouvelle équipe. Les ministres pourront expédier les affaires courantes, mais il est certain que beaucoup d’entre eux passeront beaucoup de temps à préserver leur portefeuille. A priori, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet devrait se rendre à Rabat où séjourne le président Bongo dans le cadre de sa convalescence. Reste à savoir si ce dernier sera de retour à Libreville le 11 janvier prochain pour les débuts de ce nouveau mandat parlementaire qui lui laisse les coudées franches.

0 Comments

Donner son avis