Lune de miel économique entre la Russie et le Gabon

Economie

Lune de miel économique entre la Russie et le Gabon

Le retour de la Russie en Afrique fait couler beaucoup d’encre notamment en Centrafrique où les liens militaires sont de plus en plus étroits. Au Gabon, c’est l’économie qui domine et qui a pris de belles couleurs en 2018 sous l’impulsion de la rencontre entre Vladimir Poutine et Ali Bongo Ondimba en juillet dernier. L’ambassadeur de Russie au Gabon a pris le temps de faire le point sur les relations économiques entre deux pays dont le niveau d’échanges est toutefois asymétrique.

 

La Coupe du monde 2018 en Russie a été l’occasion pour les présidents Bongo et Poutine de se rencontrer. Ils ont évoqué les liens entre deux pays encore peu habitués à échanger. Il faut croire que cette rencontre a été fructueuse puisque les chiffres annoncés par l’ambassadeur de Russie au Gabon illustrent une belle progression. Ce mercredi 6 février, Dmitry Kourakov, a expliqué que les échanges commerciaux avaient presque atteints la barre symbolique des 100 millions de dollars (95,6 millions) en 2018 avec une asymétrie marquée. Et pour cause, c’est le Gabon qui tire le mieux son épingle du jeu avec 89 millions de dollars d’exportations vers la Russie.

 

Que vend le Gabon aux Russes ? Le premier marché est sans conteste la manganèse et ses concentrés. Ce sont 266 000 tonnes qui ont été échangées en 2018. Le bois gabonais est également un marché important bien qu’il se fasse par l’intermédiaire de compagnies chinoises. L’ambassadeur de Russie a d’ailleurs évoqué son souhait d’« avoir nos propres entreprises qui achètent sur le marché gabonais pour exporter directement vers la Russie ». Les exportations russes vers le Gabon concernent, elles, principalement le pétrole et de la viande.

 

Il est certain que la Russie aimerait mieux équilibrer les échanges, mais les liens économiques constituent de manière générale un moyen d’influence. La Russie ne cache pas ses ambitions renouvelées en Afrique à l’image de Dmitry Kourakov qui a affirmé : « Nous avons compris qu’il fallait vite revenir en Afrique et jouer notre partition. Attendre 20 ans serait trop tard ». La Russie est de retour sur le continent africain et le Gabon peut en tirer de juteux fruits.

0 Comments

Donner son avis