Dix ans de prison requis contre Bertrand Zibi Abeghe

Actualités

Dix ans de prison requis contre Bertrand Zibi Abeghe

L’ancien député Bertrand Zibi Abeghe fait face à un parquet général de la Cour d’appel particulièrement offensif. Ce dernier a requis hier soir une condamnation à dix ans de prison et une amende de 250 000 Fcfa pour son rôle présumé dans les violences post-électorales de 2016. Une information révélée par l’avocat de celui qui avait rejoint Jean Ping après sa démission fracassante du Parti démocratique gabonais.

 

Procès politique ou juste intérêt de la justice pour un homme qui se serait rendu coupable d’« instigation aux actes et manœuvre de nature à provoquer des troubles ou manifestations contre l’autorité de l’Etat », d’« instigation aux violences et voies de fait » et de « détention illégale d’arme à feu ». Des chefs d’accusation détaillés par l’avocat de Bertrand Zibi Abeghe joint au téléphone par l’AFP. Il s’agit de la de « la peine maximale » a précisé le défenseur de l’ancien député.

 

Ce retournement de fortune s’explique par la décision de Bertrand Zibi de quitter le Parti démocratique gabonais (PDG) en juillet 2016 alors qu’il participait à une réunion publique aux côtés du président gabonais Ali Bongo Ondimba. Un coup de tonnerre dans le paysage politique à un mois de l’élection présidentielle du 27 août 2016. Finalement réélu, Ali Bongo a toutefois vu son succès être contesté dans la rue au cours notamment d’épisodes de violences.

 

Trois morts ont été officiellement recensés tandis que l’opposition fait état de plusieurs dizaines sans compter des personnes disparues. Bertrand Zibi est donc accusé d’avoir joué un rôle important au cours de ces violences meurtrières, mais c’est son ralliement à Jean Ping qui est dans le collimateur des autorités selon M. Zibi. Ses défenseurs réclament la relaxe et font état d’un « moral de combattant (et) de guerrier » qui guide aujourd’hui l’action de l’ex-député.

0 Comments

Donner son avis