Environnement : les efforts du Gabon récompensés par la Norvège à l’ONU

Le Gabon vu d'ailleurs

Environnement : les efforts du Gabon récompensés par la Norvège à l’ONU

Bon élève en matière de préservation de l’environnement, le Gabon vient d’être élevé au rang de modèle à suivre. A l’occasion du Sommet pour le climat organisé par les Nations unies à New York, le Gabon et la Norvège ont signé un accord unique en son genre. Le pays scandinave s’est engagé à verser jusqu’à 150 millions de dollars pour que le Gabon poursuive ses efforts en faveur de la protection des forêts et de la baisse des émissions de gaz à effet de serre. Une initiative remarquable qui doit donner des idées aux autres Etats d’Afrique centrale.

 

Comment concilier développement économique et protection de l’environnement ? Cette équation paraît souvent insoluble à travers le monde. Le Gabon est lui aussi confronté à ce problème, mais si le développement économique et humain est une priorité des pouvoirs publics, ces derniers fournissent des efforts réels et marqués en faveur de l’environnement. A tel point que la Norvège a tenu à saluer concrètement cet engagement en signant un accord historique avec Libreville. Le terme d’ « historique » est utilisé par l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (Cafi), un organisme de l’ONU rassemblant des pays d’Afrique centrale et des bailleurs de fonds occidentaux.

 

La Cafi se réjouit de la signature d’un texte prévoyant le paiement par la Norvège de 10 dollars pour chaque tonne de carbone non émise, par rapport à la moyenne récente des émissions du pays (2005-2014). Ce sont au maximum 150 millions de dollars sur dix ans qui pourront être récupérés par le Gabon. Une incitation unique au monde qui confirme les autorités du pays dans l’idée de vouloir « augmenter la valeur des forêts tropicales gabonaises afin de garantir que la conservation et l’exploitation durable puissent être utilisées comme outils pour améliorer le niveau de vie de la population gabonaise en créant des emplois et des moyens de subsistance, tout en préservant nos trésors naturels et nos écosystèmes riches en biodiversité ».

 

Le ministre de la Forêt, de la Mer, de l’Environnement, Lee White, ajoute que « le consentement de la Norvège à doubler le prix de la tonne de dioxyde de carbone des forêts tropicales dans cet accord est très important et nous permet d’espérer que la communauté internationale s’acheminera vers un prix réaliste, qui incitera véritablement les pays forestiers à suivre notre exemple ». C’est en tout cas l’espoir des plus fervents défenseurs de l’environnement qui ont compris l’importance des incitations financières afin de dépasser le plafond de verre des discours engagés, mais non engageants. Le Gabon fait figure d’exemple et est bien parti pour le rester avec une volonté si ferme et des soutiens si forts.

0 Comments

Donner son avis