Le FMI encourage le Gabon et approuve un décaissement de 99 millions de dollars

Economie

Le FMI encourage le Gabon et approuve un décaissement de 99 millions de dollars

A l’issue d’un Conseil d’administration, le Fonds Monétaire International a approuvé un nouveau décaissement en faveur du Gabon. Le pays s’est engagé dans de vastes réformes prises dans le cadre d’un accord triennal conclu en juin 2017 avec le FMI. Les voyants sont au vert même si l’institution basée à Washington a renouvelé son message poussant les autorités à maintenir le cap et le rythme des réformes.

 

Le sérieux budgétaire et les réformes paient. C’est le bilan d’étape que peut tirer le gouvernement après dix-huit mois de collaboration avec le Fonds Monétaire Internationale. En cette fin décembre, le Fonds a approuvé un troisième décaissement de 99 millions de dollars en faveur du Gabon. Cela récompense « des résultats obtenus » par le pays qui « se sont améliorés ». Cela a été rendu possible par un exécutif qui a pris « des mesures importantes et difficiles pour maintenir le programme en bonne voie en dépit des élections législatives ». L’heure est donc à la satisfaction pour Libreville même si la bataille n’est pas encore gagnée.

 

L’accord triennal conclu entre le Gabon et le FMI porte sur un montant de 642 millions de dollars. Avec ce troisième décaissement, ce sont près de 396 millions de dollars qui sont parvenus dans les caisses de l’Etat gabonais. Du chemin reste encore à faire et le FMI ne montrera aucune complaisance comme l’illustrent les propos de Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président du Conseil d’administration par intérim du Fonds. « Cependant, la reprise économique demeure fragile et il est nécessaire de poursuivre l’assainissement des finances publiques et d’opérer des réformes cruciales pour réaliser une croissance vigoureuse et durable » affirme le numéro deux du FMI.

 

L’objectif est de sortir de la dépendance au pétrole. Des premiers signaux en ce sens sont perceptibles, mais il est nécessaire de poursuivre un renforcement des autres secteurs de l’économie. La croissance reste toujours plutôt faible avec une estimation à 1,2 % en 2018. Elle opère cependant un virage positif puisque le PIB n’avait augmenté que de 0,5 % en 2017 et 2019 devrait se situer aux alentours de 3,1 %. Le FMI table même sur une croissance de 5 % à moyen terme.

 

Enfin, le secteur financier est appelé à s’assainir plus encore avec dans le viseur « la liquidation des trois banques en difficulté » et la nécessité de « s’attaquer promptement au niveau excessif des prêts improductifs ». Le Gabon est en bonne voie et les fruits commencent à se faire sentir par la population.

0 Comments

Donner son avis