35 blocs pétroliers bientôt cédés aux enchères

Economie

35 blocs pétroliers bientôt cédés aux enchères

Confronté à un ralentissement durable du secteur pétrolier, le Gabon a décidé de redynamiser la filière. Le ministre en charge des Hydrocarbures a annoncé au cours d’une conférence de presse, ce jeudi, la mise aux enchères de 35 blocs pétroliers en juin prochain. Une opération qui doit permettre au Gabon de compter sur de nouvelles ressources alors que la production plafonne depuis plusieurs années. Pour cela, Libreville a vu les choses en grand avec des événements organisés dans plusieurs pays depuis plusieurs mois afin d’attirer des partenaires étrangers.

 

Le Gabon a la chance de posséder du pétrole dans son sous-sol. C’est vrai pour le sous-sol marin dont l’exploitation n’est aujourd’hui pas à la hauteur des ambitions du pays. La production annuelle est d’environ 10 millions de tonnes par an, bien loin du pic à 18 millions de tonnes enregistré en 1997. La production plafonne et la crise des cours du pétrole depuis 2014 a frappé lourdement l’économie gabonaise. Depuis le début de l’année 2019, les prix du Brut augmentent de manière assez sensible, mais le Gabon se doit de posséder une industrie pétrolière plus performante afin de bénéficier pleinement des cours élevés et d’amortir les chocs baissiers.

 

C’est dans cette perspective que les autorités gabonaises travaillent depuis de longs mois pour attirer de nouveaux investisseurs désireux de s’engager dans une entreprise d’explorations des fonds au large des côtes. Une tournée a amené les autorités et entreprises gabonaises à rencontrer des partenaires potentiels en Afrique du sud, Etats-Unis, Russie, Grande-Bretagne, Brésil, Chine et Guinée équatoriale. Un programme chargé qui semble porter ses fruits au regard de l’annonce faite avant-hier par le ministre gabonais du Gaz et des Hydrocarbures, Pascal Houagni Ambouroué.

 

Le ministre a annoncé la vente aux enchères de 35 blocs pétroliers dont 23 en offshore profond au cours du mois de juin. Une vente exceptionnelle à laquelle « 24 sociétés ont déjà manifesté leur intérêt, notamment 18 sociétés en offshore peu profond et 6 sociétés en offshore profond et ultra profond » selon Pascal Houagni Ambouroué. C’est une première bonne nouvelle pour le pays qui espère voir les prix flamber. L’objectif principal reste toutefois la découverte et l’exploitation de nouvelles ressources. Le Gabon a arrêté tout travail d’exploration depuis cinq années. Le temps est au redémarrage afin de pérenniser la production et de compter plus sereinement sur des ressources naturelles qui ne manquent pas au large du Gabon.

0 Comments

Donner son avis